RTS : Khadim Samb part à la retraite

Le chroniqueur et communicateur traditionnel, Khadim Samb a fait valoir ses droits à la retraite depuis le 1er avril à la Radiodiffusion télévision du Sénégal (RTS). Ecarté de la télévision nationale du temps du Président Wade, Khadim Samb a été réhabilité par le Président Macky Sall en 2012, quand il est arrivé au pouvoir. 
Khadim Samb a été révélé au grand public par la station de radio Sud Fm, où il s’est fait connaître en tant que spécialiste de la lutte.

Madické Niang dénonce l’arrestation des jeunes opposants devant la RTS et demande à Macky de ne pas confisquer la volonté populaire

Des jeunes de la coalition « Idy 2019 » ont été arrêtés ce mardi suite à une manifestation devant les grilles de la chaîne nationale pour denoncer « une manipulation de certains médias des résultats de la présidentielle ».

Dans un communiqué parvenu à PressAfrik, le Président Madické NIANG dénonce avec fermeté les arrestations de ces jeunes opposants qui étaient là-bas « pour exiger de la Commission de Recensement des Votes des résultats conformes à la volonté populaire ». 

Dans le même texte, Madické Niang « s’oppose à toute tentative de confiscation de l’expression de la volonté populaire, laquelle renvoie éventuellement à l’organisation d’un second tour ». Il demande fermement au Président sortant Macky SALL d’œuvrer pour la paix et la stabilité du pays et de respecter la volonté populaire.

Vidéo: Manifestations, La Rts prise d’assaut par des jeunes « 2nd tour par force »

Des jeunes de l’opposition constitués en groupe se sont rendus devant les grilles de la Radio diffusion télévision Sénégalaise (Rts) en scandant à tout-va le second tour du scrutin présidentiel. Ces manifestants apparus à l’improviste sont repartis comme ils étaient venus. Fort heureusement la présence des forces de l’ordre postées aux alentours de la boîte à Racine talla les a dissuadées de continuer leur manifestation. Regardez.

Vidéo – Présidentielle 2019 : des pro-Idy prennent d’assaut les locaux de la RTS pour manifester

Au moment où ces lignes sont écrites, les locaux de la RTS1 ont été attaqués par des manifestants qui se déclarent des pro-Idy. Ces derniers, mécontents des premiers résultats proclamés sur la chaîne, ont décidé de manifester leur mécontentement en brûlant plusieurs journaux qui auraient eux aussi proclamé des résultats en faveur de Macky. Plusieurs personnes ont d’ailleurs été interpellées.

Sonko descend le Premier ministre et la RTS: « Ce qu’ils ont fait est une violation grave du code électoral »

Ousmane Sonko n’a pas aimé la sortie du Premier ministre Boune Abdalah Dione, qui a proclamé Macky Sall, vainqueur du scrutin présidentielle hier soir à  la RTS. Le candidat de la coalition Sonko 2019 a présenté ses excuses publiques à la  2stv et  au patron de cette chaîne, Elhadji  Ndiaye. Il a aussi profité de l’occasion pour recadrer le premier ministre et la RTS.

« La rts qui est l’organe national qu’on paye avec  nos impôts,  ne doit pas donner l’occasion à Boune Abdalah Dione de sortir, pour donner des résultats unilatéralement. C’est une faute grave et une violation du code électoral ». a fulminé le  patriote.

La RTS répond à Ousmane Sonko

Le CNRA apporte des précisions sur le processus de production et de montage et de diffusion des vidéos de campagne électorale des candidats suite à la sortie de Ousmane Sonko. Ce dernier avait accusé à la RTS de couper volontairement certaines séquences de ses campagnes électorales.

La RTS sème la panique chez la coalition « Sonko Président »

Du jamais vu s’est produit lors de la cérémonie de lancement de « Jotna », programme de la coalition « Sonko Président », tenue hier à Dakar. La chaîne nationale, la RTS a débarqué sur les lieux pour couvrir l’événement. Ce fait des plus inattendus de la part de la RTS, connue pour ses positions en faveur des régimes au pouvoir, a surpris plus d’un.

Ainsi, quand les Patriotes ont vu débarquer la RTS, personne n’en croyait ses yeux. Et pourtant, c’est bien ce qui s’est passé. Mais les raisons d’une telle stupéfaction générale tiennent au fait que durant presque 7 ans, la chaîne nationale a catégoriquement refusé de couvrir les activités de l’opposition, sauf en période de campagne. Alors que s’est-il réellement passé, s’interroge les Echos.

senenews.com