Présidentielle : « Que l’opposition aille au dialogue… »

Les politologues Docteur Moussa Diaw et Babacar Diongue saluent le discours qu’a effectué Macky Sall hier, après la proclamation officielle des résultats par le Conseil constitutionnel. L’opposition doit, selon eux, répondre à appel de Macky Sall qui ouvre le débat.

« Ce discours de rassemblement est le bienvenu, parce que ça permet d’unifier l’ensemble des forces du pays pour travailler et relever des défis. En ce sens, le Président s’est inscrit dans une logique d’apaisement, vu que la tension avait atteint un certain niveau. Et donc, ce discours-là permettra d’aplanir nombre de difficultés, d’instaurer la paix sociale, la paix politique », a déclaré le professeur en science politique, Docteur Moussa Diaw.

Babacar Diongue, invité sur le plateau de la 2stv, estime que l’opposition n’a pas intérêt à rater ce rendez vous: «Il y a une tentative d’apaisement. primo, du fait de ce qu’on a vu avec la justice : le juge ayant décidé de libérer tous ceux qui étaient arrêtés. Secundo, il y a cet appel au dialogue.

C’est le moment par rapport au parrainage ; c’est le moment par rapport à ce tournant décisive de la politique sénégalaise. Que ces partis de l’opposition aillent répondre au Président Macky Sall, pour pouvoir mettre sur la table reproches et récriminations qu’ils ont faits à l’administration sénégalaise » .

Ousmane Sonko sort grandi de cette Présidentielle

Les résultats provisoires publiés par la commission nationale de recensement des vote crédite le candidat Ousmane Sonko d’un score de 15,6%. Ce qui le place à la troisième place de cette élection présidentielle.

Le leader du Pastef réalise ainsi une performance électorale non négligeable. Pour celui qui est passé au plus fort reste lors des Législatives de 2017. Avec la coalition Ndawi Askanwi, il n’avait recueilli que 35 705 voix, soit 1,15% de l’électorat.

Et un an six mois après, il est arrivé à multiplier son électorat par vingt. C’est-à-dire que 687 065 électeurs ont porté leur choix sur sa personne et son discours anti-système.

Par exemple à Dakar, il s’est adjugé 19,99% de l’électorat, soit 229 687, alors qu’en 2017, 13 891 électeurs avaient voté pour lui, c’est-à-dire 1,70%. Il en est de même à Ziguinchor. Région qui est désormais dans l’escarcelle de Pastef.

Ousmane Sonko est le maître de cette région symbolique de la verte Casamance où il a obtenu 101 938 des voix, à savoir 57,24%. Il y devance ainsi Macky Sall et Idrissa Seck.

Il a aussi fait une remontée  à Thiès, Sédhiou, Kolda, Kaolack, Fatick, Diourbel, des régions où il ne dépassait pas la barre des 1 000 voix; en 2017. La donne a changé en 2019 et Sonko est parvenu à radicalement renverser la tendance. Une performance rarement réussie par un homme politique sénégalais; pour une première participation à une Présidentielle.

Ousmane Sonko rentre ainsi dans l’histoire politique et électorale du pays. Car, hormis les cinq présidents de la République qu’a connus le Sénégal, il est, avec Idrissa Seck et Moustapha Niasse, les seuls à avoir franchi la barre des 15%.

Présidentielle – Victoire de Macky Sall à Dakar : Ousmane Faye se félicite de l’implication directe de la Marième Faye Sall

Une victoire acquise dès le premier tour par le chef de l’Etat Macky Sall, Ousmane Faye et ses camarades de Manko Wattu Sénégal (MWS) l’ont célébrée, ce dimanche, en compagnie des responsables des partis et mouvements alliés de Benno de Pikine. Un moment de gaieté de cœur qui n’a pas empêché au leader de MWS de faire preuve de reconnaissance à l’endroit de la Première Dame pour son implication directe à la victoire acquise dans le département de Dakar, mais aussi à Pikine et d’autres localités pour ses nombreuses actions sociales.

Des épouses comme Marème Faye Sall, rares sont les chefs d’Etat qui en ont. En plus des nombreuses actions sociales et l’appui constant et régulier dont elle fait montre à l’égard de sénégalais, de manière générale, la Première Dame s’est en plus montrée très engagée sur le plan politique.

Selon Ousmane Faye, « il faut que les membres de la mouvance présidentielle, surtout du département de Dakar, reconnaissent, à sa juste valeur, le travail acharné fourni par Marème Faye Sall. On l’a vue, avec le Ministre de l’Economie, Monsieur Amadou Ba, parcourir les communes et les localités pour battre campagne. Ces efforts, nous les avons tous appréciés à sa juste valeur. Nous décernons donc, une mention très honorable à la Première Dame pour qui son implication aura été d’un grand apport sur les résultats finaux ».

En effet, poursuit Ousmane Faye, « si on avait la Première Dame à Pikine, je vous assure qu’on aurait glané un score de plus de 75% dans le département, tellement son implication a fini d’émouvoir les citoyens ».

Aux responsables et militants de Pikine, le patron de MWS décerne le satisfecit et les encouragements à briguer d’autres scores plus mémorables lors des élections prochaines. « Je me dois, en marge de la célébration de cette belle victoire acquise par et pour le Président Macky Sall, vous remercier pour l’important travail de qualité que vous avez abattu dans le département. Je vous exprime toutes mes félicitations et vous encourage à conserver cette unité pour aller à l’assaut d’autres échéances dans le seul et unique but d’offrir au chef de l’Etat une majorité confortable dans toutes les élections à venir », se veut M. Faye.


Présidentielle : « Nous ne considérons plus Macky Sall comme le président de la République du Sénégal »

Le secrétaire national chargé de la défense du parti Rewmi, Abdourahim Kébé, est entre les mains de la section de recherches de la Gendarmerie de Colobane. Ce qui a frustré Déthié Fall, vice président dudit parti, qui dit ne plus reconnaître Macky Sall comme chef d’Etat.

Résultat de recherche d'images pour "Déthié Fall"

L’arrestation du Colonel Kébé à Saint-Louis n’agrée pas Déthie Fall. Le vice-président du parti Rewmi tient à faire comprendre au Président Macky Sall que « ce n’est pas par l’intimidation et les arrestations qu’il validera une élection manipulée avec des résultats préfabriqués ».

« Ce n’est pas non plus par l’arrestation et l’intimidation qu’il évitera les vrais sujets, à savoir une volonté populaire confisquée et son illégitimité à la tête du pays », confie-t-il à Rfm.

Rejetant les résultats provisoires de la Présidentielle du dimanche 24 février, qui ne « traduisent pas la réalité des urnes », le lieutenant de Idrissa Seck dit ne plus « considérer le président Macky Sall comme le président de la République ».

Aussi exige-t-il la libération immédiate des « otages politiques de Rewmi. Nous ferons face à ses pratiques d’une autre époque pour le bien de notre démocratie et des libertés. Le pays n’appartient pas à Macky Sall qui n’est plus président de la République ».

Opposition et Pouvoir, deux entités, même combat pour 2024

Le Président est sorti, le Président est revenu! L’élection du 24 février a vécu, consacrant la victoire du candidat Macky Sall qui se succède au parapet d’où voulaient le faire descendre quatre challengers qui, si leurs ambitions survivent à échec, se projettent sur 2024, année de l’élection présidentielle. Laquelle sera inédite, parce que consacrant une large ouverture du champ politique. Et pour cause, le candidat sortant ne candidatera pas, une première dans l’histoire politique du Sénégal.

C’est dire que ce deuxième mandat du Président Sall devra être une gouvernance délestée de pression, si ce n’est la bataille de positionnement qu’on escompte aussi bien dans son camp que dans celui de l’opposition. 2024 datera la mère des batailles.

Le quatuor malheureux Idrissa Seck, Ousmane Sonko, El Hadj Issa Sall et Madické Niang chapeautera une opposition, dont plusieurs leaders recalés par le filtre parrain ou politico-judiciaire et qui, concernant Karim Wade et Khalifa Sall, sur pend un espoir d’amnistie, sera dans une nouvelle configuration. Toujours est-il que le champ politique national offre un large spectre de possibilités qui devra revigorer notre jeune démocratie qui, battons notre coulpe, balbutie son jeu dialogique, du fait de l’écart entre l’élite politique et la masse votante estampillée plus mature. C’est ce paradoxe qui fera de la recomposition politique qui se dessine pour 2014 une révolution générationnelle au sens idéel. Car dans son message inséré dans les enveloppes glissées dans urnes du Sénégal et de sa Diaspora, le peuple a exprimé une exigence qui devra être décryptée par tout candidat à son suffrage. C’est ainsi, opposition et pouvoir devront se réinventer une identité.

En 2024, le Pds récidivera-t-il l’impréparation de la Présidentielle 2019 ? De fait, la succession de Wade ou des Wade devra être actée.

Et qu’en sera-t-il de Bby où s’entrechoquent des partis qui auraient dissout leur avenir dans l’Apr : le Ps, l’Afp, la Ld, le Pit et And Jëf Authentique…
Les partis alliés qui avaient tu leurs ambitions conquérantes du pouvoir vont-ils présenter des candidats ? Car si l’Apr devra avoir un successeur à Macky, le Ps et l‘Afp, entre autres, devront trouver une réponse aux ambitions légitimes de leurs jeunes pousses ? Si ces questions ne posent pas dans ces partis, les réponses à elles s’imposeront inexorablement.

La succession à Macky Sall est déjà ouverte dans l’Apr où, accaparant la victoire à Dakar, Moustapha Cissé Lô écaille les « deux patrons de la capitale », Abdoulaye Diouf Sarr et Amadou Bâ.
De même, dans le cadre devenu fatras de Benno bokk yaakar, Aïssata Tall Sall ose l’avenir, en lançant sa candidature, au nom des femmes pour 2024. Et, elle acte son offre politique par une révolution dans l’organisation des élections : couplage des Législatives et des Locales. Gageons que sa transhumance ne la rende pas inaudible !

Présidentielle 2019 : « Ces résultats conduisent, sans aucune possibilité de contestations ou de recours sérieux, à une… », selon le PS

Suite à la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle du 24 février 2019 par la Commission nationale de recensement des votes, ce jeudi 28 février 2019, le parti socialiste (PS) a voulu témoigner « reconnaissance à celui qui a su se mettre, pendant sept ans, avec disponibilité, engagement et efficacité à leur service.« 

« Il ressort de ses délibérations que le candidat de notre coalition, la coalition BBY, le Président Macky SALL, a recueilli 2 554 605 voix, sur un total de 4 383 879 votants, soit 58,27%, des suffrages valablement exprimés. Ces résultats conduisent, sans aucune possibilité de contestations ou de recours sérieux, à une réélection au premier tour du Président Macky SALL, sur la base de l’exploitation des procès-verbaux signés par les représentants des candidats dans les commissions départementales de recensement des votes…« , peut-on lire dans le communiqué parvenu à senego.

« Cette consécration, que nous saluons, traduit, avec éloquence, la confiance que le Président Macky SALL a su inspirer au peuple sénégalais, grâce à la qualité de son bilan et aux perspectives crédibles qu’il a su offrir et présenter avec brio tout au long de la campagne électorale ; des réalisations tangibles dans tous les secteurs de la vie économique et sociale, et qui profitent pleinement à tous les Sénégalais. Par cette victoire éclatante, nos compatriotes viennent ainsi de témoigner leur reconnaissance à celui qui a su se mettre, pendant sept ans, avec disponibilité, engagement et efficacité à leur service« , estiment les socialistes.

Et de poursuivre : « C’est aussi l’occasion de magnifier la solidité de nos instituions, le professionnalisme de tous les acteurs de notre administration électorale. Cette élection, sous le contrôle d’observateurs nationaux et internationaux convaincus de la sincérité et de la transparence du scrutin, a encore réaffirmé au monde entier la maturité démocratique du peuple sénégalais. Il convient aussi de faire éloge de la maturité et du sens des responsabilités de nos compatriotes qui se sont mobilisés, pour remplir librement, avec calme, sérénité et détermination, leur devoir citoyen de vote« .

Ainsi, « à la lumière de toutes ces considérations, le Parti socialiste est heureux de féliciter chaleureusement Son Excellence, le Président Macky SALL, Président de la République, pour sa brillante réélection. A ces félicitations, le Parti socialiste associe tous ses partenaires de la Grande coalition présidentielle, partis politiques, mouvements de soutien comme personnalités indépendantes« .

Le Ps décerne aussi « une mention particulière à l’ensemble de ses militants et responsables, de la diaspora comme de toutes nos instances de base nationales, qui se sont mobilisés pour contribuer, avec loyauté et engagement entier, à cette belle victoire collective, sous le leadership respecté du Secrétaire général, le Président Ousmane Tanor DIENG, qui a su indiquer à notre parti la direction conforme à la fois à ses intérêts et à ceux de notre pays« .

« A présent, il importe de tourner la page de l’élection, d’entendre et de prendre en compte la voix des Sénégalais qui n’ont pas porté leur suffrage sur notre candidat, pour continuer, ensemble, majorité comme opposition, à bâtir notre pays, le Sénégal, pour atteindre l’émergence à l’horizon 2035« , conclut le Parti socialiste.

Présidentielle 2019 – Issa Sall: « à Goudiry nous avons vu 7 000 faux extraits de naissance »

Issa Sall, le porte-parole de la CENA s’est prononcé sur le gonflement de l’électorat de certaine région.

« Je ne sais pas comment expliqué le gonflement dans certaines régions » a-t-il déclaré dans le « Jury du Dimanche ». Avant de dénoncer: « à Goudiry nous avons vu 7 000 faux extraits de naissance et nous avons saisi la justice, mais cela n’a pas été jugé ».

Et pour en finir avec cette situation, Issa Sall propose qu’il « faut retourner à l’orthodoxie que celui qui veut s’inscrire vienne avec sa carte d’identité ».

Résultat Présidentielle: Le PUR a chuté par rapport à 2017

Le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) est sorti quatrième de la présidentielle du 24 février avec un score de  178 mille 533 voix.

On note une légère baisse dans les résultats du PUR à la présidentielle comparé aux législatives. De 4,69% en 2017 l’électorat de ce parti est tombé à 4,07 en 2019, a constaté Senego.

Par exemple dans la région de Thiès avec respectivement  7,92 % en 2017 contre  6,03% en 2019. Dans la zone nord les résultats du PUR s’établissent comme suite à Matam  0,47 %  en 2017  contre 0,54%, St-Louis 4,40 % contre 4,35%. Dans la Région de Dakar, le candidat Issa Sall a obtenu 7,61% contre  5,59%.

Il faut, cependant, noter une légère hausse à Louga avec 7,96% contre 10,68 % et dans la région Diourbel le pourcentage est passé de 0,87 % en 2017 à 1,27 % en 2019.

Résultat présidentielle 2019: Idrissa Seck, la renaissance du sphinx…

20,5%, c’est le score de Idrissa Seck lors de la présidentielle du 24 février. Un score qui le place à la deuxième place, loin derrière le vainqueur, Macky Sall qui s’en sort avec 58,27%.

« Une déception« , selon certains analystes au regard de sa coalition qui regroupait presque tous les candidats qui n’ont pu passer par le filtre du parrainage. Une coalition XXL que beaucoup voyaient au deuxième tour. Malheureusement ça ne s’est pas réalisé.

En analysant les scores obtenus par le candidat de la coalition Idy2019 lors des trois dernières présidentielle, on a en 2007, Idrissa Seck qui était la révélation de cette élection, avait obtenu seulement 14,86 % des voix. Ce qui l’avait placé en deuxième position derrière le président de l’époque, Abdoulaye Wade.

À l’issue du premier tour de l’élection présidentielle de 2012, Idrissa Seck obtient 7 % car, victime de sa non-campagne et d’une mauvaise image due à ses relations troubles avec Wade.

Donc, avec ces 20,5% des voix exprimées en 2019, Idrissa Seck connait un avancé considérable et une sorte de renaissance.

Pour rappel, à part les cinq présidents qu’a connu le Sénégal, il est le seul candidat de l’opposition à avoir obtenu un score de plus de 20%.

Présidentielle : 94% à Ogo – Amadou Kane Diallo, le mandataire de Macky félicite la population

Chers Camarades, militants et militantes, Chers frères et sœurs,

Le président de la commission de recensement des votes vient de proclamer les résultats de l’élection présidentielle du 24 février 2019, avec la victoire sans conteste du Candidat de Benno Bokk Yakaar, son Excellence le Président Macky Sall.C’est avec une grande émotion et de fierté que je voudrais vous adresser mes sincères remerciements.

Ainsi, je salue votre engagement et votre détermination durant cette campagne qui a permis à notre Commune dont j’étais le Coordonnateur et Mandataire de la Coalition, de faire un score triomphal le soir du 24 Février, avec un taux de 94, 37%.
Merci pour votre participation effective à ce scrutin par la qualité de vos idées qui se sont déroulées sans aucune attaque personnelle ou par des propos diffamatoires.Je remercie ainsi, l’équipe de campagne composée d’hommes, de femmes et de jeunes dynamiques dont la qualité mérite considération et respect.
Chers Camarades ;Nous devons rester unis et solidaires pour jouer pleinement notre rôle dans la construction de notre pays pour un Sénégal pour tous, prospère et émergent.
Restons donc mobilisés, aidons le Président Macky Sall à accomplir sa mission avec succès et efficacité.
Ainsi, mes remerciements vont à l’endroit des associations féminines et aux sages de nos villages, des sympathisants, des alliés sans oublier le mouvement de soutien aux actions du président de la République, je veux citer le mouvement MTM.

Je félicite et remercie plus particulièrement, le Coordonnateur du Comité Électoral Départemental de Matam, l’honorable député Farba NGOM,pour son engagement et sa détermination pour la réélection de son Excellence le Président Macky SALL dés le premier tour.Qu’Allah le tout puissant puisse accorder au Président Macky Sall la santé, la sagesse et la vision nécessaire pour mener à bien la mission que le Peuple sénégalais vient de lui confier.

Je vous remercie infiniment.

Amadou Kane DIALLO,
Coordonnateur et Mandataire de la Coalition Benno Bokk Yakaar
de la Commune de OGO