Cybercriminalité : La police dévoile les chiffres qui prouvent l’ampleur du mal

La Division spéciale de la cybercriminalité (DSC), créée en 2017, a réalisé de gros coups de filet. Selon les chiffres de 2018 que détient Enquête, ce démembrement de la Police a reçu 1270 plaintes. 146 personnes, dont 14 femmes, ont ainsi été déférés au parquet.

Quid des délits ? Diverses infractions sont pointées, notamment vols de données informatiques, atteintes spécifiques aux données de la personne, traitement de données à caractère personnel, chantage, escroquerie, extorsions de fonds et association de malfaiteurs.

Les personnes arrêtées sont majoritairement des Sénégalais (97) et 49 étrangers (Nigérians, Sierra-Léonais, Maliens…). La DSC a aussi démantelé, pour la même période, une bande de hackers (7) de banques qui avait détourné, dans l’espace Cedeao, 500 millions de Fcfa.

Vidéo – Barthélémy Dias : « Nangoul na Police lép bamou dess… ». Regardez !

Barthélémy Dias n’est certainement pas du genre à se laisser faire. Après avoir démarqué « un policier » qui se serait introduit dans son véhicule personnel pour des raisons suspectes, le jeune maire a fermement fait entendre son amertume et sa détermination pour faire face à toutes formes de manœuvres cherchant à l’écrouer…

Il s’explique davantage ici. Regardez !

https://dai.ly/x73ju2q

Barthélémy Dias surprend un policier dans son véhicule et avertit…

Barthélemy Dias se prononce sur le supposé policier qui s’est introduit dans sa voiture.

« Je ne permettrai à personne de s’introduire chez moi ou dans ma voiture sans mon autorisation » a déclaré le maire de commune de Mermoz Sacré cœur.

Le proche de l’ex maire de Dakar, Khalifa Sall est sûr que « celui qui a essayé de s’introduire dans ma voiture est un agent de la DST »

Avant de prévenir « je n’accepterai plus qu’un policier de s’introduire sans mon aval »

Vidéo- : « La Police et la Gendarmerie voulaient arrêter Bougane parce que… »

Ndiaye Doss est revenu sur la supposée arrestation, de Bougane après la proclamation des résultats de la Présidentielle. Selon le journaliste, la Police et la Gendarmerie ont reçu des informations selon lesquelles Khafour Touré, responsable de l’Apr, a été séquestré dans les locaux de D-Médias. Ainsi, les limiers ont fait une descente pour effectivement arrêter Bougane. 

Ndiaye Doss raconte les faits

Regardez ! 

Vidéo – Ousmane Sonko dément Aly Ngouille Ndiaye et explique son refus d’intégrer des éléments de la police dans sa sécurité

Ousmane Sonko le candidat à l’élection présidentielle est monté au créneau pour démantir les propos d’Ali Ngouye Ndiaye qui selon lui, a déclaré que, »Ousmane Sonko a refusé la protection raproché de la sécurité… ». Des propos botés en touche par le leader de la coalition Sonko Président, qui a déclaré face à la presse, ce vendredi, à Vélingara,  » qu’il n’a pas confiance au Ministre de l’Intérieur. Regardez !!!

Place de la Nation : Deux policiers agressent une élève

La violence policière fait encore une victime. Salimata Sarr, en classe de Terminale au Lycée John Fitzgerald Kennedy, a vécu un sale quart d’heure, entre les mains de deux policiers en faction à la Place de la Nation (ex-Obélisque), selon le journal Source A.

Sur le problème les ayant opposés, la potache confie : « Quand on sort des cours, on a l’habitude d’aller au jardin sis à la Place de la Nation juste en face du Lycée. Soudain, alors que je partais, un agent du Gmi a demandé à ma camarade de classe où j’allais. Ma copine lui a dit de m’adresser directement la parole. Il m’a aussitôt interpellée, mais je l’ai envoyé balader, lui disant que je ne parle pas aux inconnus. Il a insisté et j’ai campé sur ma position. »

Salimata Sarr poursuit : « C’est alors qu’il m’a donné une violente gifle. Avant que je ne réalise ce qui se passe, il me traîne de force pour disait-il, me donner une correction. Il m’a conduite dans une sorte de box, dans le jardin de la Place, qui leur sert d’abri. Là, ils m’ont frappée avec une matraque et obligée à nettoyer leur abri. Et comme si cela ne suffisait pas, ils m’ont versé de l’eau froide sur tout le corps. »

Suite à la plainte du père de la fille, les deux policiers mis en cause font l’objet d’une sanction disciplinaire: arrêt de 10 jours, en attendant d’être entendus par la brigade prévôtale.

Aly Ngouille NDIAYE : Les candidats seront désormais sous la protection de la Police et la Gendarmerie

Les évènements survenus le lundi 11 février 2019 à Tambacounda entre des militants du PUR et ceux de Benno Bokk Yaakaar ont couté la vie à deux (02) de nos concitoyens et causé plusieurs blessés actuellement pris en charge dans les structures sanitaires. 

Des journalistes ont également été violentés et des voitures incendiées. 
Cette situation est regrettable à ce stade de la campagne électorale et au moment où son encadrement sécuritaire dans tous les aspects a mobilisé un nombre important d’éléments des Forces de Défense et de Sécurité, engagés pour la sécurité des populations au prix parfois de leur vie. 

Le Gouvernement ne saurait tolérer la violence d’où qu’elle vienne. 
C’est pourquoi, aussi bien la Gendarmerie que la Police sont à pied d’œuvre pour rechercher et appréhender les responsables afin de les présenter à la justice. 
D’ores et déjà, les dispositions sont prises pour renforcer la sécurité des candidats. A cet effet, des éléments de la police nationale et de la gendarmerie nationale seront mis au service de leur sécurité respective jusqu’à la fin des élections. 

Au nom de l’Etat, je m’incline devant la mémoire des disparus et souhaite un prompt rétablissement à tous les blessés. 
J’invite aussi les populations à rester calmes et à faire confiance à nos forces de défense et de sécurité qui ne ménageront aucun effort pour garantir la poursuite normale de la campagne électorale et assurer un scrutin apaisé.

Le Ministre de l’Intérieur 
Aly Ngouille NDIAYE

Kolda: El Haj Issa Sall déplore l’attitude de la police qui a barré sa caravane pour laisser passer celle de Macky

Il s’est passé des choses samedi 09 février à Kolda, lorsque caravanes de la coalition Benno Bokk Yakaar et Parti pour l’Unité et la Rassemblement (PUR) se sont croisées. Les forces de l’ordre, chargées de veiller à la sécurité de tous les candidats à la Présidentielle, sont accusées par El Haj Issa Sall d’avoir bloqué son cortège pour favoriser le passage de celui du Président sortant Macky Sall. 
« Nous avons été bien escortés de Oussouye à Vélingara par la gendarmerie, qui a été très républicaine en nous facilitant la tâche. Mais c’est au niveau de Kolda que d’autres forces de l’ordre, notamment les GMI (Groupement mobile d’intervention rattachée à la police) ont préféré arrêter notre caravane pour laisser passer celle de Macky Sall », a-t-il dit ce dimanche lors d’une rencontre avec la presse.

« Notre sécurité est impeccable…Personne n’ose nous attaquer »

Toutefois, le candidat du PUR a tenu à bien précisé que sa sécurité ne s’est pas laissé faire. « Notre sécurité est impeccable. D’ailleurs vous vous êtes rendu compte ce n’aurait pas été notre sécurité, nous aurions eu des difficultés. Donc on n’a pas besoin de renfort », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « ils (BBY) ne nous ont pas attaqués hier, contrairement à ce que certaines personnes disent. C’est simplement les forces de police qui nous ont demandés de nous arrêter en attendant qu’un autre candidat passe. Je rappelle que nous sommes sur le même pied. Il y a le candidat Macky Sall, il y a le candidat Issa Sall. Ils auraient dû laisser notre cortège passer tout simplement. Nous n’avons pas fait l’objet d’attaque. Personne n’ose nous attaquer »

Marché de Kalaban-Coro : Un nid de bandits démantelé, 45 présumés malfrats arrêtés par la police

Les éléments du commissariat de police de Kalaban-Coro ont démantelé, le jeudi 10 janvier 2019, un nid de bandits dans le marché de Kalaban-Coro. 45 présumés malfrats dont 3 femmes ont été arrêtés. Les hommes du commissaire Mounkoro étaient appuyés par les éléments de la Force Spéciale Anti-terroristes (FORSAT) lors de l’opération.

Attaque à main armée, vol, viol, prostitution, vente de chanvre indien, …sont, entre autres, ce qui se passe en longueur de journée dans le marché construit par l’ancien maire Issa Ballo mais délaissé par la population parce qu’il ne respecte pas les normes d’un marché moderne. En effet, depuis son abandon par les populations de Kalaban-Coro, le marché situé juste derrière le siège de la BNDA de ladite commune, a été un lieu de refuge pour les personnes de mauvaise volonté. Toutes les pratiques malsaines aussi s’y font.

Les magasins sont transformés, selon le commissariat, en chambre de passe par les prostituées qui logent dans ledit marché. Elles reçoivent leurs clients même pendant la journée.

À en croire l’inspecteur Aboubacar Traoré, ce marché est devenu un grand lieu de vente de la drogue. En plus des présumés bandits consommateurs à l’intérieur dudit marché, d’autres viennent de partout de la ville de Bamako pour faire leur achat.

Pire, selon le chef de la brigade de recherche du commissariat de police de Kalaban-Coro, ces habitants du marché délaissé font aussi le « vol à la tire », c’est-à-dire subtiliser les objets des citoyens. « Souvent, ils font le vol à la tire à ceux qui sont à l’attente de la Sotrama au bord du goudron au niveau de la BNDA », nous confie-t-il avant d’ajouter : « Et quand tu les poursuis pour entrer dans le marché, tu ne les verras pas parce qu’il y’a plusieurs portes de sortie». Certains qui les poursuivent jusqu’à l’intérieur sont même agressés. Ce n’est pas tout, selon le commissariat de Kalaban-Coro, ces « bandits » violent les demoiselles les jours comme les nuits. « Ils trimballent les demoiselles à l’intérieur pour les violer », regrette l’inspecteur de police.

Suite aux plaintes des populations et de ses propres enquêtes, le commissariat de police de Kalaban-Coro a démantelé le dangereux nid de bandits le jeudi dernier. « Très top ce matin, nous avons pu démanteler ce réseau de mafia », nous précise l’inspecteur Traoré avant d’ajouter : « nous avons été appuyés par les éléments de la FORSAT dans l’opération ».

Aux dires du commissariat, tout le marché a été fouillé pendant plus d’une heure. Aucun magasin n’a été pas épargné. Même les servantes qui habitaient dans ces magasins ont été délogées. « Actuellement, la population de Kalaban-Coro peut se rassurer ; il n’y a plus rien au niveau du marché », rassure le chef de BR. Les 45 personnes suspectes ont été interpellées et sont à la disposition du commissariat. Parmi elles, il y a trois femmes. Selon la police, les présumés coupables seront mis à la disposition de la justice après investigation.

Suite à cet acte salutaire de la police, nous avons joint le maire de la commune qui a, à son tour, promis de collaborer avec la police et la gendarmerie de sa circonscription pour la protection des personnes et de leurs biens. Pour le cas précis de ce marché, il affirme que ce lieu a été mal construit par son prédécesseur et sera démoli dans les jours qui suivront.

La police et la gendarmerie citées dans une série de cambriolage à…

Un policier et un gendarme auxiliaire seraient impliqués dans l’affaire des 9 cambrioleurs, dont une femme, arrêtés en décembre dernier par la Sûreté urbaine de Dakar. Ils sont soupçonnés d’avoir fait le guet pour les malfaiteurs.

Selon le journal Libération, ils ont été dénoncés par le cerveau présumé de la bande, M. Doumbouya, qui a souligné que le policier et le gendarme portaient leurs tenues au moment des faits. Ils sont visés par un mandat d’arrêt requis par le procureur.

M. Doubouya aurait également cité un enseignant dans le coup. Il s’agit de son propre oncle qui, selon lui, était chargé d’écouler le butin.