Un maçon de 30 ans arrêté pour viols multiples sur trois sœurs âgées respectivement de 11, 08 et 07 ans.

Une affaire qui fait grand bruit à Pikine à la cité Icotaf 3 où un maçon du nom d’Amadou. B âgé de 30 ans a été arrêté par la police et déféré au parquet hier vendredi 25 janvier 2019 pour des faits de viols multiples commis sur trois sœurs mineures et élèves. Devant les enquêteurs, Amadou. B a d’abord nié les faits avant de craquer pour reconnaître qu’il n’a abusé que de l’une des trois filles, en l’occurrence, rainée, âgée de 11 ans.

La plainte : Le 23 janvier dernier un vieux retraité du nom d’Alpha A. B débarque au commissariat de police pour se plaindre des agissements de son cousin, Amadou. B, qu’il accuse d’avoir violé rainée de ses trois filles et d’avoir procédé à des attouchements sexuels sur les deux autres.

Devant les enquêteurs, le vieux retraité raconte que les faits lui ont été rapportés par la tante des trois filles. Puis le vieux dépose sur la table des enquêteurs un certificat médical délivré par le centre de santé «Talla Diop» (ex : Dominique) situé à Pikine-Tally Boumack, accompagnée d’une plainte contre son cousin Amadou B. Après l’audition du vieux, le commissaire Adramé Sarr, patron de la police de Pikine, instruit ses éléments d’aller cueillir le mis en cause et de faire venir au commissariat les trois filles mineures victimes des agissements d’Amadou B.

Entendue en premier lieu par les enquêteurs, A…, née en 2008 et aisée des trois filles, raconte : «Je ne peux compter le nombre de fois que Amadou. B m’a fait ça. Nous habitons dans la même maison. Il me fait chaque fois venir dans sa chambre pour m’envoyer à la boutique et à mon retour, il me déshabille et me… Il me menaçait chaque fois, c’est pourquoi je n’ai jamais osé le dénoncer».

Quant à B…, née en 2011, élève en classe de Ci, elle a expliqué qu’avec elle, cela s’est passé une seule fois. «J’ai ressenti de vives douleurs et quand j’ai crié, tonton Amadou a menacé de ml tuer». M., née en 2012, dernière à être entendue par les enquêteurs, elle explique en avoir une fois parlé avec sa mère. «11 me l’a fait une fois. J’en ai parlé à ma mère».

Comment tout cela a été découvert ? Tout est parti des remarques d’un instituteur, qui a constaté qu’A…, élève dans sa classe, a des envies fréquentes d’aller aux toilettes, qu’elle vomit souvent et qu’à son retour des toilettes, elle se tord de douleurs. Intrigué par un tel comportement, l’instituteur a alors demandé à A… de faire venir sa mère, en vain. Jusqu’au 23 janvier dernier lorsque la tante d’A… décide d’aller la chercher à-l’école.

C’était à la descente. C’est alors que l’instituteur a saisi cette occasion pour faire part de ses remarques à la tante d’A… Interrogée par sa tante en présence de l’instituteur, l’élève de 11 ans s’est mise à pleurer, avant de tout raconter, en ajoutant que ses deux sœurs lui ont également dit avoir fait l’objet d’attouchements sexuels de la part d’Amadou B. le cousin de leur pater.

Amadou B. : Arrêté puis entendu par les enquêteurs, il a d’abord nié les faits en parlant d’une cabale montée de toutes pièces. Puis confondu par les témoignages des trois fillettes et les certificats médicaux fournis par un gynécologue réquisitionné par la police, Amadou a finalement craqué pour reconnaître les faits. Il a été déféré au parquet hier vendredi 25 janvier 2019 pour viols multiples et attouchements sur des filles mineures âgées de moins de treize ans