Macky Sall se confesse : “Ce septennat a été sans répit. Mes détracteurs disaient que j’étais un président par défaut, je devais prouver le contraire”

Lors de sa rencontre hier, avec les membres de son Cabinet, Macky Sall est revenu sur son mandat écoulé. “Les 7 ans ont été difficiles. L’adversité était féroce. Je n’ai même pas bénéficié de temps de grâce”, confesse-t-il d’emblée. 

En effet, dès le début de son mandat, le Chef de l’Etat avait été peint par ses détracteurs, comme étant un “Président par défaut” . C’est d’ailleurs, dit-il dans les colonnes de Les Echos, la raison pour laquelle il avait “à coeur de prouver le contraire” et de montrer qu’il était “un président de la République bien préparé”, qui pouvait remplir correctement ses charges. 

Macky Sall : « Il me fallait démontrer que je ne suis pas un président par défaut »

Le président de la République a reçu, hier, les membres de son Cabinet (ministres d’État, ministres conseillers, ambassadeurs itinérants, conseillers spéciaux, conseillers techniques, chargés de mission…).

Lors de cette rencontre, Macky Sall a remercié, selon Libération et Les Échos, ses collaborateurs : « Ce septennat a été sans répit. Dès le départ, mes détracteurs disaient que je suis un Président par défaut ».

Le chef de l’État d’embrayer : « Il y avait des délestages tous azimuts, des tensions de trésorerie… Aussi, il fallait travailler dur pour non seulement prouver le contraire, mais surtout remettre le pays sur les rails ».

Macky Sall aux membres de son cabinet : «Je vais procéder à des changements »

Ils sont ministres conseillers, conseillers techniques, conseillers spéciaux, chargés de mission, ambassadeurs itinérants…, ils ne vont plus émarger au palais. Hier en marge d’une cérémonie au palais, le Président Macky Sall a décidé de se séparer de tous ses collaborateurs qui étaient dans son cabinet. « Vous avez servi la République avant de me servir », leur a affirmé Macky Sall lit-on sur Libération. « Ce septennat été sans répit. Dès que je suis arrivé, certains on dit que j’étais un Président par défaut, il y avait des délestages tous azimuts et il fallait travailler pour remettre le pays sur les rails», a ajouté le Président. Qui lâche au passage : «Comme pour le gouvernement, je vais procéder à des changements pour répondre, au mieux, aux aspirations des populations. C’est un quinquennat plein de défis qui nous attend», a expliqué le chef de l’Etat. Donnant corps au propos de gens qui pensent que beaucoup de ses collaborateurs ne seront plus à leur poste après le 4 avril.

Investiture de Macky Sall : Macron représenté par Ségolène Royal

Le Président français, Emmanuel Macron, n’assistera pas à l’investiture du Président Macky Sall pour son deuxième mandat à la tête du Sénégal. Il se fera représenter par Ségolène Royal. L’information est donnée par l’Ambassade de France au Sénégal.

« Madame Ségolène Royal, représentant le président de la République française pour l’investiture du président Macky Sall, sera en visite au Sénégal du 1er au 3 avril et participera à la cérémonie d’investiture le 2 avril », a indiqué un communiqué de l’Ambassade de France à Dakar.

La Présidente de la Cop 21 et ambassadrice pour les pôles Arctique et Antarctique ne fera pas simplement de la représentation à Dakar. En effet, Ségolène Royal a aussi prévu d’animer, le lundi 1er avril, une conférence à l’Ena sur « La place de l’Afrique dans Et après l’accord de Paris sur le climat ».

Dans son agenda, elle compte se rendre au Musée de la Femme Henriette Bathily le 1er avril, avant de répondre, à 17 heures, aux questions sur son livre « Ce que je peux enfin vous dire ». 

Ségolène Royal a, par ailleurs, aussi prévu, le mercredi 3 avril, d’inaugurer en Casamance, trois maternités solaires à Linkering, Paroumba et Thiewal Lao, réalisées sous l’impulsion de sa fondation DA Planète, dans la continuité de la COP21.

Présidence : Les 300 Membres du cabinet de Macky Sall libérés aujourd’hui, Il a décidé de réduire son cabinet.

Après le gouvernement, c’est autour du cabinet de dire adieu à Macky Sall. Selon L’As, qui donne la nouvelle, le directeur de cabinet du chef de l’État, Me Oumar Youm, et toute son équipe sont convoqués aujourd’hui au Palais pour les remercier après leurs bons et loyaux services. Ce n’est pas tout. Macky Sall va en profiter pour décharger tous les membres de son cabinet de leurs fonctions. Ce, afin de se conformer à la loi.

Il s’agit du son Dircab et de son adjoint, du chef de cabinet et de son adjoint, des ministres d’État et ministres conseillers, des ambassadeurs itinérants, des conseillers spéciaux et techniques, des chargés de mission… Tout ce beau monde, environ 300 personnes, arrive en fin de contrat le 2 avril prochain, jour de la prestation de serment du chef de l’État. Le journal indique que, pour son second mandat, Macky Sall a décidé de réduire drastiquement son cabinet.

SENEWEB

Grosses révélations d’Aliou Sané (nouveau coordonnateur Y a en marre ) Ce que Macky Sall aurait proposé à Y en marre

Le nouveau coordonnateur de Y en marre y va très fort. Aliou Sané a fait de grosses révélations dans « L’Obersateur » du jour, révélant la teneur de l’audience que le chef de l’Etat a accordée à des leaders du mouvement et comment il a voulu décapiter Y en marre.

« Macky Sall nous a reçus et nous a dit : écoutez les gars, il ne faut pas avoir peur du pouvoir, je vais vous dire ce que j’ai dit aux gars de la Gauche, venez diriger avec moi », dit Aliou Sané.

Qui poursuit, « Fadel Barro aurait pu être le premier ministre de la Jeunesse de Macky Sall. Très fin politiquement, il voulait exiler tous les cadres pour que le mouvement soit décapité. Moi, il voulait que j’aille à l’étranger. Idem pour d’autres cadres de Y en a marre. On lui a dit c’est très gentil, mais on préfère rester dans notre posture ».

Membre fondateur de « Y en a marre » et promu nouveau coordonnateur en remplacement de Fadel Barro, Aliou Sané a raconté, lors d’un entretien avec l’Obs, comment Macky Sall a voulu « décapiter » leur mouvement. Le chef de l’Etat, dit-il, voulait les détourner de leur mission.

« Macky Sall nous a reçus et nous a dit : écoutez les gars, il ne faut pas avoir peur du pouvoir, je vais vous dire ce que j’ai dit aux gars de la Gauche, venez dirigez avec moi », rapporte le nouveau coordonnateur.

« Fadel Barro aurait pu être le ministre de la Jeunesse de Macky Sall. Très fin politiquement, il voulait exiler tous les cadres pour que le mouvement soit décapité. Moi, il voulait que j’aille à l’étranger. Idem pour d’autres cadres de Y en a marre. On lui a dit c’est très gentil, mais on préfère rester dans notre posture », révèle le journaliste devenu activiste.

Lettre ouverte au Président Macky Sall: Son Excellence, le football sénégalais mérite mieux…

Lettre au Président de la République Son Excellence Monsieur Macky SALL.

Monsieur le Président,

Les images sont saisissantes. Tout le monde a constaté l’état de la pelouse jaunie, des trous, du sable. La pelouse du stade L.S.S est dans un état déplorable.

On a pu s’en apercevoir ce 26 / 03/ 2019 lors du match amical Sénégal / Mali.
Cela a beaucoup impacté sur la qualité du jeu. Et il faudrait forcement se poser les bonnes questions.

À l’issue de la rencontre contre le Mali, ce mardi, pour le compte de matchs amicaux pour la préparation de la CAN Égypte 2019, tout le monde a pesté après la pelouse du LSS. Une pelouse comme cela n’est pas favorable à un jeu de qualité, déploraient bon nombre de reporters et spectateurs.

Le constat est là, un gazon donnant une impression de surface dévastée est aussi dangereux pour la santé des joueurs. Santy Ngom a failli en faire les frais .

C’est inquiétant pour les prochains matches, et nous espérons que le Ministre du sport ne sera pas muet face à cette situation.

Le football sénégalais ne mérite pas cette pelouse calamiteuse, ce triste décor, qui ne contribue décidément pas à sa promotion.

En effet la pelouse est jaunie et même brûlée par endroits. Elle devient alors impraticable et les joueurs risquent de se blesser.

Depuis des années, le stade LSS est en très mauvais état. Il est parsemé de pierres et de trous et des footballeurs se blessent souvent pendant des matches. Les gradins montrent des signes d’effondrement, des vitres brisés, des portes en mauvais états, un décor triste pour un pays qui se dit nation du football.

Tous les amoureux du football ont fait un pressant appel aux autorités pour réaménager le terrain et de refaire le stade car les sportifs sont pénalisés.