Vidéo – Sonko à Kédougou : « La gestion de nos ressources frise la trahison… »

A Kédougou, Sonko a énergiquement dénoncé la gestion de nos ressources naturelles.

« Si l’Etat avait maximisé les trois atouts de la région, Kédougou allait être un paradis au cœur du Sénégal », dit le leader des Patriotes. « La manière dont on gère nos ressources, c’est une trahison », dit-il, appelant les jeunes à le rejoindre dans son combat de réappropriation de la souveraineté sur nos ressources nationales. « Nous allons reprendre notre dignité de Sénégalais », a-t-il appris.

Sénégal – axe Tambacounda – Kédougou: la route de l’enfer (REPORTAGE)

L’enfer, c’est l’axe Tamba – Kédougou. la route longue de près de 231 km est un véritable calvaire. Quasiment un mouroir. Les camionneurs ne diront pas le contraire. La preuve : on ne peut emprunter cet axe, sans tomber sur un ou des camions renversés, quatre roues en l’air ou penchées d’un côté. C’est rare, qu’un camion arrive à destination sur cet axe avec sa cargaison. Une image hideuse qui s’offre aux usagers empruntant cette route nationale. 

Pourtant, tout semble bien parti de Tambacounda à Missirah. En effet, l’asphalte est bien nivelé et sans anicroches. Les journalistes embarqués avec le candidat Macky Sall avaient déjà commencé à soupirer le soulagement sur ce goudron à perte de vue. Ce qui contrastait véritablement avec le parcours du combattant de l’étape Matam – Sénégal oriental. 

Cependant, ils ont très tôt jubilé. La réalité est tout autre à quelques kilomètres. Au fur et à mesure, que le convoi dévore l’espace à destination la ville aurifère et surtout minière, c’est un autre décor. 

Des camions qui défilent sur le bas côté. A quelques miles, un gros porteur, les roues en l’air. Un autre, la benne totalement détachée, chargement à terre. On dirait un cimetière de poids lourds. Ils ont du mal à négocier les nombreux virages qui serpentent cet axe. Mais surtout l’état de la route à ce niveau n’est pas des meilleurs. 

Cette situation à la fois ubuesque et effrayante tranche, pourtant, d’avec cette végétation luxuriante. Les arbres majestueux devisent avec les voitures qui distraient le calme naturelle de cette forêt. Ces contrastes sont impressionnants mais aussi captivants. 

Toutefois, ce décor paradisiaque est chahuté par les nombreux accidents de véhicules dont chauffeurs et habitants des environs font mention. A l’origine de ces collusions, les multiples déviations, mais aussi et surtout le comportement de certains chauffeurs éblouis par la nature et les obstacles parsemés sur ce tronçon. Les autorités qui ont emprunté cet axe vont certainement faire quelque choses pour changer le drame sur cette route. 

Présidentielle 2019 à Kédougou: Les piques assassines de Macky Sall à ses challengers

Le candidat Macky Sall s’est rendu vendredi 8 février à Kédougou dans le cadre de sa campagne électorale. Lors de cette étape, il a rappelé ses réalisations dans ce département, promis de faire plus, avant de taper sur l’opposition. 

Macky Sall promet de «gâter » Kédougou s’il est réélu à la tête du Sénégal, lors de la présidentielle du 24 février prochain. Macky Sall qui a foulé le sol de cette contrée vers les coups de 13 heures 30 minutes a d’abord sacrifié à la traditionnelle prière du vendredi dans la Grande Mosquée de la localité, avant de rallier la place du meeting. 

Sous un chaud soleil, les populations qui ont tenu à attendre la prise de parole de leur leader ont bien été servi. Car, le président sortant a promis l’émergence à cette région, s’il est réélu. 

«Nous allons faire de Kédougou un véritable carrefour, un lieu de rencontre», a-t-il déclaré. C’est dans ce sens qu’il a rappelé avoir déjà lancé la construction des routes Tambacounda-Mako-Kédougou, mais aussi, d’autres routes à travers cette région ainsi que d’autres infrastructures pour un cout de 38 milliards de francs CFA. 

Très décontracté dans son costume sombre, le leader de Benno bokk yakaar (Bby) a fait savoir que ces routes permettront de favoriser les échanges avec la Mauritanie, le Mali mais aussi la République de Guinée et la Guinée Bissau. 

Fort de la sympathie que lui ont témoigné ses hôtes, le candidat à sa propre succession de décréter qu’ «aucun investissement pareil n’a été consenti à Kédougou depuis l’indépendance. «Cela montre la différence entre ce que je suis venu vous dire aussi et ce que l’on vous dira certainement au cours de cette campagne électorale à Kédougou. » S’agissant de la politique. 

Avant de conclure : «Si vous voulez que nous continuons à garder les bourses pour les familles démunies, si vous voulez que les enfants puissent se soigner gratuitement, si vous voulez que le PUDC continue à travailler les villages du Sénégal, si vous voulez que Promoville continue à travers les villes du Sénégal, alors mobilisez-vous tous comme vous l’avez fait pour qu’au soir du 24 février, la politique du PSE soit plébiscitée, pour que le Sénégal continue dans sa voie de l’émergence, pour que le Sénégal ne régresse pas devant des politiques hasardeuses  qui n’ont aucune consistance, qui sont juste un amalgame de condensés qui ne vont pas permettre à notre pays d’atteindre ses objectifs d’émergence, d’intentions qui ne permettront pas à notre pays d’avancer».