Dette de cinq (5) milliards F CFA. Face à face WADE VS CHEIKH AMAR

L’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade avait initié une procédure judiciaire, devant le Tribunal de Grande instance statuant en matière pénale, contre le célèbre homme d’affaires, Cheikh Amar.

A qui le prédécesseur de Macky Sall réclame le paiement d’une dette de cinq (5) milliards F CFA.
Le combat perdu en première instance, Me Wade s’était rabattu devant le juge civil pour demander une hypothèque sur sa Cité Tre du patron de TSE. Une requête devant le Tribunal du Commerce, en référé, est quasiment à son dernier tournant.

Selon les informations de Les Echos, l’affaire a été évoquée hier, mercredi, 6 mars, à la première chambre du Tribunal du commerce avant d’être renvoyé au 20 mars pour observations des conseils de Wade.

EMEDIASN

Résultats de la présidentielle 2019 au Sénégal : « Sonko Président » appelle à la vigilance.

Au lendemain de la clôture des bureaux de vote lors de l’élection présidentielle du 24 février 2019, plusieurs faits, événements et déclarations indiquent qu’une grande vigilance de l’opposition est requise. 

En effet, la suspicieuse déclaration du Premier ministre proclamant le candidat sortant victorieux au 1er tour avec 57% des suffrages est venue confirmer la crainte d’une manipulation des résultats sortis des urnes, exprimée lors d’une conférence de presse tenue par les candidats Idrissa SECK et Ousmane SONKO, quelques heures après la fin du scrutin.  

Les récriminations des citoyens ayant été privés de leur droit de vote par des transferts et modifications de bureaux de votes ou rétention de cartes, la création illégale de bureaux de vote y compris le jour du scrutin et le dépassement du nombre d’électeurs par bureau en violation de l’article L66 du Code électoral, le gonflement artificiel de la population électorale, des bonds inexplicables d’électeurs favorables au candidat sortant et autres irrégularités, donnent toutes les raisons de croire que tout est en train d’être mis en œuvre pour éviter un deuxième tour. 

La tournure prise par les événements indique une seule voie à l’opposition : rester vigilante et refuser tout forcing quelle que soit l’enveloppe empruntée pour le justifier. 

La triste réalité est que pour l’ensemble de son « œuvre » de démantèlement du dispositif électoral en amont du scrutin et au cours des opérations de vote, Macky SALL apparaît comme le responsable du recul démocratique constaté en matière de sincérité et de transparence électorales. 

Conscients de l’enjeu de cette élection pour l’avenir de la démocratie dans notre pays, la coalition Sonko Président appelle à une vigilance absolue et à l’attente des mots d’ordre qui seront communiqués le moment venu. 

Sénégal – Scrutin présidentiel : le trio des premières tendances – le second tour se dessine

Les urnes commencent à livrer leurs secrets. Selon les résultats provisoires égrenés par les dépouillements, trois candidats sortent du lot. Macky Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko se disputent la tête. Le président sortant commence à se détacher dans les zones rurales mais Sonko arrivent en ballotage avec Idrissa Seck au niveau international et dans les milieux urbains.

Les tendances qui se dessinent sont très claires. Plus de deux heures après la fermeture des bureaux de vote, le candidat de la Coalition Bennoo Bokk Yaakar, Macky Sall est en train de sortir en tête. Seulement, il est suivi de très près par Idrissa Seck de la Coalition Idy2019 et Ousmane Sonko. Ces deux candidats de l’opposition sont aux coudes à coudes et laissent loin derrière Me Madické Niang et El Hadji Issa Sall du PUR. 

Macky Sall est, certes, en train de se détacher mais il est difficile qu’il fasse 40 à 50% pour le total des électeurs des différents bureaux de vote. Sauf pour le nord du pays comme dans les différentes localités de Matam mais aussi à Fatick notamment à Diarrère où des scores fleuves sont notés. A Dakar, comme dans les autres bureaux de vote des centres urbains, les voix cumulés de l’opposition dépassent de loin Macky Sall. 

Les résultats continuent de tomber mais le trio de tête sont déjà connus. Il s’agit dans l’ordre Macky Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko étant entendu que chacun des deux leaders de l’opposition peut coiffer au poteau l’autre.

#scrutin24février2019: Tous les résultats en DIRECT

A 18 heures, la quasi-totalité des bureaux de vote est fermée. Suivez en Direct tous les résultats au fil de la soirée !!!

Les premiers résultats sont tombés à Rufisque avec une tendance favorables à Macky Sall 

Bureau 2 Kip Kip 

Macky Sall 221 

Idrissa Seck 62 

Ousmane Sonko 105 

Madické Niang 2 

Issa Sall 22 

…. 

Macky Sall 124 

Idrissa Seck 42 

Ousmane Sonko 66 

Madické Niang 1 

Issa Sall 12 

… 

Camp LeLong-Bassirou Fall 

Macky Sall 205 

Idrissa Seck 75 

Ousmane Sonko 46 

Madické Niang 4 

Issa Sall 21 

… 

Ecole Cité radio-Rufisque 

Macky Sall 198 

Idrissa Seck 77 

Ousmane Sonko 75 

Madické Niang 3 

Issa Sall 25 

… 

Bureau de vote n°2 

Macky Sall 200 

Idrissa Seck 93 

Ousmane Sonko 63 

Madické Niang  24 

Issa Sall 11 

… 

Bureau 5 Bassirou Fall 

Mack Sall  199 

Idrissa Seck 76 

Ousmane Sonko 59 

Madické Niang 3 

Issa Sall 18 

Centre témoin Fadel  Mbacké de Point E est tombé entre les mains de Macky Sall 

Nombre  inscrits 4251, Nombre de votants  2765, bulletins nuls 42 dans les 8 bureaux de vote.   
Macky Sall : 1074  
Idrissa Seck : 619  
Ousmane Sonko : 761  
Issa Sall : 133  
Madické Niang : 33 

Ecole Nalla Ndiaye de Saint-Louis, Macky en tête 

Bureau 7 
Inscrits : 470 
Votants : 280 
Nombre de votants hors bureau originel : 6 
Bulletin nul : 0 
Valablement exprimés : 280 

Macky Sall : 140 
Sonko Président : 67 
Idrissa Seck : 54 
Issa Sall :15             
Madické Niang : 4 

Bureau 8 
Inscrits : 471 
Votants : 263 
Bulletin nuls : 3 
Suffrage valablement exprimé: 260 

Macky  Sall : 125 
Idrissa Seck : 47 
Sonko : 72 
Issa Sal : 11 
Madické Niang : 5 

Bureau 9 
Inscrits : 471 
Votants : 291 
Bulletin nul : 2 
Valablement exprimés : 28 
Macky Sall : 137 
Idrissa Seck : 36 
Sonko : 90 
Madické Niang : 6 
Issa sall : 20



A Rufisque au Bureau 2 Kip Kip Macky Sall remporte 

Macky Sall: 221 

Idrissa Seck: 62 

Ousmane Sonko: 105 

Madick2 Niang: 2 

Issa Sall: 22 

…. 

Macky Sall 124 

Idrissa Seck 42 

Ousmane Sonko 66 

Madické Niang 1 

Issa Sall 12 

… 

Camp LeLong-Bassirou Fall 

 Macky Sall: 205 

Idrissa Seck: 75 

Ousmane Sonko: 46 

Madické Niang: 4 

Issa Sall::: 21 

… 

Ecole Cité radio-Rufisque 

Macky Sall: 198 

Idrissa Seck: 77 

Ousmane Sonko: 75 

Madické Niang: 3 

Issa Sall: 25 

… 

Bureau de vote n°2 

Macky Sall; 200 

Idrissa Seck : 93 

Ousmane Sonko: 63 

Madické Niang:  24 

Issa Sall :11 

… 

Bureau 5 Bassirou Fall 

Mack Sall: 199 

Idrissa Seck: 76 

Ousmane Sonko: 59 

Madické Niang: 3 

Issa Sall: 18 


Scrutin 24 février 2019 :  les résultats à l’école Massaher Niane 
Macky Sall: 222 
Idrissa Seck: 88 
Ousmane Sonko: 68 
Madické Niang: 2 
Issa Sall: 22 

Maroc le candidat de la coalition Sonko président arrivé en tête avec 1717 voix, suivi de  Macky Sall : 954, Idrissa Seck avec  641 voix, Issa Sall  24 voix et Madické Niang  0 voix. 

Macky Sall 112 

Idrissa Seck 14 

Ousmane Sonko 17 

Madické Niang 0 

Issa Sall 15 
 Macky Sall assure à Sedhiou 
Le président sortant Macky Sall a assuré à Sedhiou, une région au sud du Sénégal qui ne lui donnait pas favoris. 

Macky Sall : 145 
Idrissa Seck: 14 
Ousmane Sonko: 95 
Madické Niang: 03 
Issa Sall : 04 

B2 
271 exprimés 
Macky Sall : 148 
Idrissa Seck : 23 
Sonko: 95 
Madické Niang: 01 
PUR: 04` 
  
B3` 
255 exprimés 
 Macky Sall : 139 
Idy: 27 
Sonko: 82 
Madické Niang : 02 
PUR: 05 

Lycée Ibou Diallo Sedhiou 
B1 
309 exprimés 
Macky Sall: 143 
Idy: 43 
Sonko: 113 
Madické Niang:  04 
PUR: 06 Mbour Ecole 3 
B3 
598 
423 votants 
421exprimés 
Macky 226 
Idy 110 
Sonko 58 
Madické 2 
PUR 25 
  Macky 142 
Sonko 21 
Idy 8 
PUR 5 
Macky 2 
B2 
249 
exp 174 

Macky 133 
Sonko 18 
Idy 15 
PUR 10 


67 
52 
Sonko 4 
PUR 4 
Madické 0 
Gandoul 
247 
Macky 175 
Idy 41 
Sonko 19 
PUR 9 
Madické 1  Macky Sall assure à Sedhiou 
Le président sortant Macky Sall a assuré à Sedhiou, une région au sud du Sénégal qui ne lui donnait pas favoris. 

Macky Sall : 145 
Idrissa Seck: 14 
Ousmane Sonko: 95 
Madické Niang: 03 
Issa Sall : 04 

B2 
271 exprimés 
Macky Sall : 148 
Idrissa Seck : 23 
Sonko: 95 
Madické Niang: 01 
PUR: 04` 

B3` 
255 exprimés 
 Macky Sall : 139 
Idy: 27 
Sonko: 82 
Madické Niang : 02 
PUR: 05 

Lycée Ibou Diallo Sedhiou 
B1 
309 exprimés 
Macky Sall: 143 
Idy: 43 
Sonko: 113 
Madické Niang:  04 
PUR: 06

Résultats globaux du Maroc 
1- Ousmane Sonko: 1714 
2- Macky Sall: 934 
3- Idrissa Seck: 641 
4- El Haj Issa Sall: 207 
5- Madické Niang: 23  

Sédhiou : Macky devance Sonko 
Le président Macky Sall a remporté le vote dans les trois bureaux du centre Mansour Sy Aïdara de Sédhiou. 
 Commune de Sédhiou, centre Mansour Sy Aïdara Bureau 1 :  Inscrits : 260Votants : 438Votants hors bureau : 4 Bulletins nuls: 2Suffrage valablement exprimé : 440  
Bureau 1Macky Sall : 145Sonko Président :94Idrissa Seck : 14 Issa Sall :4 Macké Niang : 3
Bureau 2Incrits : 271 Macky Sall : 148Sonko : 95Irissa Seck : 23Madické : 1Issa Sall : 4
Bureau 3 : Inscrits : 255 Macky : 139Sonko : 82Idrissa Seck : 27
 Lycée Ibou Dialo, dans la commune de SédhiouBureau 1Inscrits : 309Macky : 143Sonko : 113Idy : 43

Les résultats à l’école Massaher Niane
Résultats au centre  Massaher Niane, où Barthélémy Dias et son papa ont voté, les premières tendances commencent à tomber. Avec pour l’heure 3 bureaux déjà. 
Au niveau du bureau n°3 :
Nombre d’inscrit : 571 
Nombre de votants : 400 
Bulletin nul : 01 
Suffrage valablement exprimé : 409 
BBY vient en tête avec 178 voix 
Coalition Idy 2019 : 123 
Sonko : 93 
Madické Niang : 04 
Issa Sall : 11 voix 
Bureau n°04
Nombre d’inscrit : 407 
Nombre de votants : 405 
Bulletin nul : 02 
Suffrage valablement exprimé :409 
BBY : 186 
Coalition Idy 2019: 88 
Sonko : 24 
Madické Niang : 02 
Issa Sall : 06 
Bureau n°06
Nombre d’inscrit : 570 
Nombre de votants : 407 
Bulletin nul :04 
Suffrage valablement exprimé :403 
BBY : 195 
Coalition Idy 2019: 104 
Sonko : 91 
Madické Niang : 02 
Issa Sall : 01 

Macky Sall a raflé la mise dans le bureau de vote n°07 du centre de vote Bounama Diallo de Tambacounda
Macky Sall 228 
Idrissa Seck 41 
Ousmane Sonko 63 
Madické Niang 5  
Issa Sall 3 

Lyon : Sonko largue Macky et Idy
Résultats Lyon : 
1- Sonko  969 
2- Macky  510 
3- Idy        205 
4- Issa    58 
5- Madicke 14 

Dans le village de Silimadiarra Macky Sall est arrivé en tête devant Ousmane Sonko qui arrive en seconde position.
Résultats:  
Macky Sall 127 
Idrissa Seck 5 
Ousmane Sonko 22 
Madické Niang 2 
Issa Sall 1 

Dakar Plateau Mour Diop Medina
Nombre d’inscrits 581 inscrits 
 Nombre de Votants 416 
Macky Sall 205 
 Idrissa Seck 127 
Sonko 61 
Madické 2 
Issa Sall 20 

Louga: Centre Ndiag Mba Mbodj: Macky Sall arrive en tête
Macky Sall est arrivé en tête dans le centre Ndiang Mba Mbodj de Louga au bureau n°7 
les résultats se déroulent comme suit 

Macky Sall 167 

Idrissa Seck 53 

Ousmane Sonko 64 

Madické Niang 10 
El Hadj Issa Sall 25 

Grand Yoff :  Macky bat le record avec 177 voix
Macky Sall est venu en tête avec voix 177 voix au Foyer des jeunes de Grand Yoff. 
Idrissa Seck 107 voix 
Ousmane Sonko 88 
Me Madické Niang 01 voix 
Issa Sall 13 voix 

Congo: Macky devance Idy et Sonko

Les résultats de Point noire au Congo sont tombés. le président sortant Macky  Sall est en tête au bureau 10 avec 33 voix, Sonko 10 voix , Idrissa Seck 10 voix .  

Macky devance Idy et SonkoMacky devance Idy et Sonko

Macky devance Idy et SonkoLes résultats de Point noire au Congo sont tombés. le président sortant Macky  Sall est en tête au bureau 10 avec 33 voix, Sonko 10 voix , Idrissa Seck 10 voix .  

Gnikine, département Oussouye: Sonko en tête
Benno Bokk Yakaar 28 
Idy 2019  0 
Ousmane Sonko 46 
Issa Sall 0 
Madické Niang 0 

A Tanger (Maroc), Ousmane Sonko remporte le centre qui enregistrait 276 inscrits et 69 votants…
Ousmane Sonko: 39 voix 
Macky Sall: 13 voix 
Idrissa Seck: 16 voix 
Madické Niang: 1 
Issa Sall: 2 

Ousmane Sonko remporte l’Egypte
Ousmane Sonko: 121 
Macky Sall: 101 
Idrissa Seck: 25 
Madické: 4 
Issa Sall: 10

#scrutin24février2019: Tous les résultats en DIRECT

Macky Sall rafle la Zambie

#scrutin24février2019: Tous les résultats en DIRECT

Fin de la campagne électorale, le moment de tout traduire en suffrages valablement exprimés (Par Papa Ibrahima Diassé)

Fini le temps de la politique! Nous voici sortis d’un long tunnel de 21 km, qui nous plongent sans transition dans le temps du vote, dernière étape de cette saison électorale. Ils ont été illuminés par la qualité, la profondeur des débats et l’expression démocratique au premier degré mais aussi et malheureusement émaillés de violences qui ont rendues certaines copies imparfaites et donc la note salée pour le peuple.

En effet certaines considérations politiciennes ont suscité une sorte de bazar électoral attristant et navrant, donnant naissance à des séquences péniblement vécues par moments à cause des pertes en vies humaines. Mais au bout du compte, tout peut être rangé dans le placard du jeu pour ne pas dire joute électoral en temps de campagne. Ce qui enrichit ou enlaidit le landerneau politique national suivant les cas. C’est cela en plus, le charme de la démocratie qui promeut la liberté d’expression, la diversité et la contradiction dans le respect des règles établies. Grosso modo, il faut saluer les actions d’envergures de très hautes responsabilités qui ont mis à contribution l’ensemble des forces vives de la Nation: Sans qu’on le dise, des chefs religieux se sont cramponnés sur leurs nattes de prières, pour psalmodier le nom d’Allah afin que tout se termine dans la concorde. Des journalistes ont mouillé le gilet pour le droit à l’information à leurs risques et périls sacrifiant leurs corps et leurs cordes vocales.

La société civile a remis tout le monde face à ses responsabilités prônant la stabilité et la paix durant tout le trajet. Les observateurs se sont surpassés pour donner une forte dose de transparence afin que les règles du jeu soient respectées. Dans sa mission régalienne, l’Etat trop réactionnaire au goût du peuple a tenté de réorganiser le désordre à travers les forces de sécurité et les services compétents. A cela s’ajoutent les actions citoyennes qui ont servi de garde-fous et de bornes sur toute la route et orienté les uns et les autres vers ce terminus si magnifique dans la vie de notre chère nation. Entre autres passages marquants ou faits d’armes qui méritent d’être retenus, je citerai le candidat Sonko qui comme pour avoir la bénédiction du peuple démarre tout par les paroles et la musique symphoniques de l’hymne national. Macky Sall qui lui présente ses condoléances à la suite du rappel à Dieu d’un de ses militants. Le même Macky Sall qui esquisse des pas de danse à Saint Louis assuré d’une victoire prochaine ou qui rejoint le stade Massène Sene Fatick, sa ville natale, à pas de course. Issa Sall du Pur qui improvise une minute de silence à l’endroit des 7 enfants disparus lors d’un accident de la route et a formulé des prières à leurs mémoires.

Sans jamais oublier, Madické Niang qui a su manier avec docilité et habileté la baguette de l’humour en faisant découvrir une autre facette de sa personne, pour briser la glace et détendre l’atmosphère par son fameu « Fii Tojneu ». Idy lui, a battu sa campagne en aparté. N’empêche, il s’est distingué par son boubou blanc sinon par l’ingénieuse idée qu’il a eue à un moment d’envoyer son médecin personnel consulter les journalistes qui suivaient sa caravane. Que de bons moments vécus qui ont humanisé cette campagne qui restera à jamais gravé dans notre mémoire collective. Nos 5 candidats aux styles distincts ont rivalisé d’ardeur chacun étant allé jusqu’à épuiser le dernier point de son offre programmatique pour en faire une sorte de déclaration d’amour destinée au peuple à qui, ont été promis monts et merveilles.

Le tout dans une atmosphère purement électorale. Hélas, tout est bien qui finit bien! On tourne légèrement cette page pour continuer ensemble à écrire les lignes éloquentes de notre belle histoire politique. C’est dire que le moment du peuple est arrivé. Le temps de l’évaluation individuelle pour chaque citoyen afin d’identifier et bien, la couleur du bulletin à glisser dans l’urne, une fois qu’on soit seul dans l’isoloir. Ce moment symbolique doit être vécu par chaque citoyen comme un des temps cruciaux de son existence. Car c’est l’un des rares moments qu’il lui est donné de s’exprimer et d’espérer que son expression soit prise en compte. Pour le citoyen, cette période n’est rien d’autre qu’une prise de conscience de la place qu’il occupe à bord du train immanquable de l’histoire. Plus personne ne dicte personne, plus aucune action ne presse aucune conscience.

Aucun cas de propagande ne prévaut sur aucun geste, seule la volonté ressentie, le désir individuel guident et éclairent nos choix. C’est le moment, vraiment le moment de transformer la colère en vote, de convertir les soutiens en bulletin et surtout de traduire les foules en suffrages valablement exprimés pour que la balance électorale bascule du côté voulu par la majorité des sénégalais ce 24 février 2019. Au regard des nombreuses foules drainées durant la campagne et de l’engouement suscité, tout cas d’abstention serait incompréhensible. Le peuple est debout pour affirmer sa souveraineté et assumer ses responsabilités à travers un choix judicieux qu’il lui plaira de faire, le choix le meilleur qui lui garantira 5 années de stabilité politique, de rayonnement économique, de développement social et de grandes mutations industrielles, scientifiques et technologiques. Dans une position de confort, le peuple devient désormais le maître du jeu. Et donc attention à vous chers candidats face à tout excès de confiance, l’humilité est un facteur de grandeur important en compétition encore que le peuple n’a rien soufflé à personne.

🇸🇳

Vive le Sénégal

Papa Ibrahima Diassé

Me Amadou Diallo : « Me Wade peut être juridiquement poursuivi… »

La menace de Me Wade de brûler les bulletins de vote, le jour du scrutin du 24 février, est bien prise au sérieux par le président d’Amnesty international Sénégal. Condamnant énergiquement cette incitation à la violence, Me Amadou Diallo demande à l’Etat du Sénégal de prendre les mesures idoines pour que de tels discours ne puissent prospérer. De même, il tance la presse pour n’avoir pas usé de l’auto-censure. D’après l’homme de droit, le statut d’ancien président ne donne pas une immunité juridictionnelle au Pape du Sopi. Décryptage : Me Wade peut être juridiquement poursuivi…


Présidentielle 2019 : Me Wade annonce sa campagne, le gouvernement, ses mesures …

« Depuis son retour et bien avant, il a répété des propos que l’Etat de droit ne peut accepter », a indiqué le porte-parole du Gouvernement.  Seydou Guèye rappelle à Me Wade que le Sénégal est un Etat de droit…

Le porte-parole du gouvernement a rappelé que le Pape du Sopi invite ses partisans à la destruction des procès-verbaux du scrutin du 24 février prochain. Seydou Guèye condamne fermement cette attitude permanente d’appel à la violence et à l’insurrection. Ce qui est plus ahurissant, a-t-il relevé, c’est que le président Wade n’honore pas son statut d’ancien chef d’Etat… 

« En vérité, Me Wade est en train de défier les lois et institutions de la République. Et le gouvernement y fera face sans faiblesse aucune. L’attitude de Me Wade n’est pas acceptable. Etant donné qu’il n’est pas candidat, le gouvernement ne peut tolérer ça. Seuls les candidats sont autorisés à battre campagne… « , a dit M. Guèye. Réagissant à la décision de Me Wade consistant battre campagne, le porte-parole du gouvernement assure que des mesures conservatoires assureront la sécurité des personnes et des biens…

Cocktail explosif : Le Sénégal est-il dans l’antichambre du chaos…?

La Présidentielle sénégalaise est émaillée de nombreuses échauffourées entre opposition et pouvoir. Le pic aura été, lundi dernier, la sanglante confrontation entre le Pur et Bby qui a abouti à deux morts et plusieurs blessés, dont des journalistes lâchement agressés, à Tambacounda.

Ainsi, la campagne électorale démarrée sur les chapeaux de roue, est loin de connaître le caractère pacifique escompté. Les principes de démocratie et d’élégance, tout simplement, étant foulés au pied.

Les échéances électorales au Sénégal sont souvent accompagnées de scènes de violence. Les Présidentielles des années 1988 et 1993 sont là pour rappeler la psychose qui, aux époques, avait violenté populations comme acteurs politiques.

En fait, tout n’a toujours été que l’aboutissement d’un malheureux bras de fer entre pouvoir et opposition. Lesquels n’ont pas su agir en amont.

L’irruption du président Wade qui compte brûler procès-verbaux des bureaux de vote, le jour du scrutin, n’est pas pour pacifier l’ambiance.

Toutefois, cette violence prendrait ses racines dans les rapports conflictuels entre acteurs. Et le dialogue politique a été le chaînon manquant dans leurs relations. Divers paramètres doivent être pris en compte.

L’adoption de la loi sur le parrainage et son corollaire de violence verbale a entraîné une véritable chienlit dans le landernau politique, les scènes de corrida à l’Assemblée nationale entre majorité et minorité, les affaires Khalifa Sall et Karim Wade, écartés de la Présidentielle, le non-respect par le Président Sall de limiter son mandat à 5 ans, le référendum controversé, la mauvaise organisation des Législatives 2017, ont catalysé ou accéléré le déclenchement de la violence.

Aujourd’hui, le candidat sortant est soupçonné de vouloir torpiller le scrutin et l’opposition serait tentée de recourir à la violence pour contrecarrer le supposé projet de fraude du pouvoir. Lequel, obnubilé par un deuxième mandat, sourd-muet aux revendications de l’opposition, incapable d’apporter la riposte à la mesure de l’affront, exécute un agenda savamment orchestré.

Accidents, morts, violence inouïe que de nombreuses voix religieuses tenteraient de justifier par des pratiques mystiques, ne sont pas pour tranquilliser le peuple qui n’est, à dire vrai, que faire-valoir politique.