Vélingara : Macky Sall se positionne en candidat de la continuité.

Le candidat de Benno Bokk Yaakar a été ce samedi à Vélingara où il a présidé un meeting dans le cadre de la campagne pour sa réélection. Macky Sall qui a été accueilli dans un stade plein à craquer où il a cherché à rassurer les habitants de cette contrée sur la place et sa position dans la phase 2 du PUCD. 

«Le département de Velingara a constaté l’ecart entre ce qu’il y avait avant 2012 et maintenant », a-t-il déclaré d’emblée. Poursuivant, le candidat à sa propre succession a promis d’accélérer la cadence des réalisations avec notamment le relèvement du niveau de l’hôpital départemental jusqu’au niveau 2. A cette promesse, Macky Sall ajoutera qu’il la dotatera le stade municipal où le rassemblement s’est tenu, d’un gazon synthétique et de projecteurs. Le leader de la coalition présidentielle a aussi indiqué l’érection d’une entenne d’un Espace numérique ouvert, ainsi qu’un centre de formation professionnelle pour les jeunes de ladite localité. Dans ce lot de promesses, il faut ajouter des machines agricoles et une initiation sur les méthodes culturales. 

Devant une foule acquise à sa cause, le président sortant a prévenu les populations : «Si vous voulez la poursuite du PUDC, des Bourses de sécurité alimentaire, de la Couverture maladie universelle ainsi que des bourses familiales accorder moi encore la majorité dès le premier tour et nous irons beaucoup plus loin. 

Auparavant en procenance de Tambacounda où il a passé la nuit, il a été obligé de s’arrêter au village de de Sarabassi où l’attendaient ses partisans en liesse. Macky Sall poursuit actuellement sa route en direction de Fafacourou, toujours dans le Fouladou, pour un autre meeting avant de rallier Kolda où il passera la nuit.

Fadel Barro : « Y en a marre va organiser, un débat avec les candidats sauf… »

Y en a marre a mis en place un nouveau concept dénommé « Wallu Askan wi ». Ce programme vise à inviter les cinq (5) candidats à débattre avec la population sur leurs programmes. Ce débat sera organisé le 21 février prochain à la place de l’Obélisque.

Selon Fadel Barro,  les  candidats invités ont déjà donné leur accord. A l’exception de Macky Sall. Au micro de Senego, le coordonnateur du mouvement Y en a marre décline leur programme , pour aider la population à choisir un candidat.

Regardez !

Présidentielle 2019 : Samuel Sarr a choisi son candidat […] il rejoint la mouvance…

Samuel Sarr a décidé de soutenir Macky Sall pour la présidentielle du 24 février. « Après une large concertation avec nos 14 délégués régionaux, nos mouvements de soutien et partis alliés, nous invitons les Sénégalaises et les Sénégalais ; nos militants et sympathisants ; nos amis et parents à renouveler le pacte de confiance avec le Président Macky Sall pour les 5 prochaines années, afin de lui permettre d’achever les chantiers structurels qu’il a engagé partout à travers le pays », annonce l’ancien ministre de l’Énergie dans une déclaration que nous vous proposons in extenso.

DECLARATION DE SAMUEL AMETE SARR
POUR UN NOUVEAU DEPART…

Mes chers (es) compatriotes !
Mes chers (es) militantes et militants ! Chers (es) amis (es) !

Au moment où le Sénégal s’apprête à élire son prochain Président de la République, notre noble ambition était de faire partie des Hommes qui œuvrent pour réveiller et entretenir la flamme de l’espoir qui était en veilleuse en chacun d’entre nous.

Cette volonté de participer à la compétition électorale de Février 2019, matérialisée par le dépôt de notre candidature a été différée par le Conseil constitutionnel. Alors, conscients de notre rôle dans la préservation de la stabilité de notre Nation, nous nous sommes pliés à cette décision prise par les Sages du Conseil, bien que surprenante et difficilement acceptable.

C’est donc le lieu pour nous, de remercier du fond du cœur, l’ensemble des militants et sympathisants du Mouvement 2019 et du Parti Libéralisme Social Sénégalais (L.S.S) qui nous ont, dans un élan empreint de ferveur citoyenne, accordé leur confiance en parrainant notre candidature, avec l’intention ferme et engagée de nous accompagner dans la mise en œuvre de notre projet de société qui se traduit par l’édification d’un Sénégal Nouveau.

Certes, la tâche n’a pas été facile, et elle a exigé de chacun de nous, des efforts individuels permanents, des concessions conscientes dans le but de dégager des perspectives optimistes futuristes. Car, nous partageons les mêmes ambitions pour notre pays qui se traduisent par une passion commune de consolidation des acquis depuis une décennie.

Par ailleurs, se considérant comme des citoyens modèles et avertis des enjeux politiques et socioéconomiques du moment, et après avoir servi la République du Sénégal pendant 12 ans, nous avons décidé de nous engager résolument à nouveau en répondant, sans conditions à l’appel de la République.

Notre profonde introspection, nous a amenés à reconnaitre et accepter que les citoyens ne peuvent s’épanouir si nous ne nous investissons pas ensemble pour sauvegarder la stabilité, la solidarité et la paix sans les quelles, aucune Nation ne pourra se développer. Ne perdons jamais de vue, la situation géopolitique dans laquelle évolue notre pays dans l’espace du Sahel marquée par une ceinture d’insécurité dynamique et en perpétuel mouvement souvent mal gérée.

Aujourd’hui, le Sénégal est à la croisée des chemins. Et chaque sénégalaise, chaque sénégalais est comptable du destin de notre pays de par ses choix. Alors, ne devons-nous pas noyer nos ambitions individuelles dans l’océan de l’intérêt général ? Seulement, cela nécessite une énorme capacité de dépassement, du courage assumé et de la générosité dans l’action politique.

Ensuite, le Sénégal dispose de potentialités et d’opportunités économiques ainsi qu’un environnement des affaires attractif qui favorisent la viabilité du cadre macroéconomique. Et, nous estimons que les réalisations faites depuis 2012 dans plusieurs domaines, laissent croire qu’un renouvellement du contrat de confiance lui permettrait de consolider les acquis sur le plan économique et surtout avec la confiance affichée des partenaires techniques au développement qui se sont engagés pour accompagner notre pays.

Nous assumons notre choix d’accompagner cette dynamique de changement sans complexe et en toute lucidité, sans craindre de créer des frustrations chez ceux qui veulent imposer leur volonté strictement personnelle à la majorité.

Nous avons décidé d’accompagner une Politique, une Vision. Les hommes importent peu pour nous. C’est le devenir du Sénégal qui prime sur tout. Alors, il s’agira pour nous, de nous mettre au service de notre pays dans une dynamique participative qui se traduira par le partage avec l’équipe sortante, des grands axes du Programme que nous avions l’ambition de soumettre à nos compatriotes.

En effet, notre conviction c’est que l’émergence de notre pays passera forcément par le renforcement des politiques publiques dans les domaines de l’Education, la Santé, l’Energie, l’Optimisation des finances publiques, la Réforme de l’Administration et la lutte contre la corruption. Des efforts ont été faits, il faut le reconnaitre.

Seulement, aucune œuvre humaine n’est parfaite et prétendre bâtir un pays en 07 n’est qu’illusion et chimère. Disons-nous la vérité en face et ne soyons pas l’esclave de nos ambitions personnelles ni le prisonnier de notre esprit de vengeance. Il n’y pas de place à la haine ni à la méchanceté dans ce jeu politique sénégalais.

Apres une large concertation avec nos 14 délégués régionaux, nos mouvements de soutien et partis alliés, nous invitons les Sénégalaises et les Sénégalais ; nos militants et sympathisants ; nos amis et parents à renouveler le pacte de confiance avec le Président MACKY SALL pour les 05 prochaines années, afin de lui permettre d’achever les chantiers structurels qu’il a engagé partout à travers le pays.

Cependant, nous exhortons le Président MACKY SALL à poser des actes forts pour renforcer l’indépendance de la Justice, promouvoir l’Etat de droit, défendre les libertés, veiller strictement sur l’équilibre budgétaire.

N’est-il pas important de préciser que nous ne renonçons point à notre volonté de solliciter un jour à nouveau le suffrage de nos compatriotes.

Nous avons alors décidé de différer nos ambitions politiques au profit de l’intérêt général comme nous l’a demandé la majorité des Sénégalais.

Pour un Nouveau Départ, accompagnons le président Macky SALL.

Merci
Vive l’Afrique Vive le Sénégal

Samuel Amete SARR
Président du Libéralisme Social Sénégalais
Dakar, le 02 Février 2019

L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous avez échoué. Par Abdourahim GUEYE

Jadis, la vitrine de la démocratie en Afrique et l’un des rares pays qui n’a pas connu le coup d’Etat, le Sénégal est la risée du monde aujourd’hui. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous allez organiser une présidentielle sans le PS, le PDS, l’AFP ou le LD. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous avez tenu votre promesse de réduire l’opposition à sa plus simple expression. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous avez réussi, d’ailleurs très facilement, à domestiquer la presse nationale. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous avez instrumentalisé le conseil constitutionnel et lui ôtez ce peu de dignité qui lui restait. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous avez été le plus mauvais gardien de la Constitution de l’histoire politique de ce beau pays, peut-être un bon gardien de la confusion L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que malgré votre bilan matériel qui n’est pas fameux contrairement à votre bilan immatériel, vous avez peur des autres candidats au point de les faire éliminer par tous les moyens. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que les infrastructures que vous avez inauguré dernièrement (Autoroute Ila touba, le TER, le pont reliant le Sénégal et la Gambie etc…) sont aussitôt fermées parce que inachevées. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que sous votre magistère une mosquée est inaugurée avec des tam-tams, des chants et danses mais les religieux ne vous diront rien car vous avez les passeports diplomatiques, les tonnes de riz et les billets de banque. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que la France n’a jamais été aussi présente dans tous les secteurs notre économie. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous-même vous n’aviez pas cru à la gouvernance sobre et vertueuse que vous nous avez promise. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que votre parole n’a plus de valeur et personne à part votre entourage et votre famille n’y croit maintenant. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que votre famille, belle famille et amis ont pris le dessus sur votre parti et même le peuple. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous avez alimenté et entretenu la transhumance que vous avez tant décriée dans le passé. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que tous ceux qui sont avec vous sont protégés et immunisés contre la justice et tous ceux qui ne sont pas avec vous sont en sursis, emprisonnés ou exilés. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que sous votre magistère le délit de soupçons de vouloir organiser un rassemblement pacifique a été inventé pour faire peur aux citoyens qui désirent vous dire ou vous montrer qu’ils sont contre votre politique. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous avez politisé l’administration en général et fiscale en particulier comme jamais dans le passé. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous détestez les magistrats vertueux que ne disent que le droit et vous les sanctionnez toujours par des affectations. L’histoire retiendra, Monsieur le candidat sortant, que vous avez emprisonnés des jeunes talibés à la place de leur guide, chef religieux, poursuivi pour crime. Et pourtant, Monsieur le candidat sortant, il était très facile pour vous de réussir car nous n’attendons que la RUPTURE que vous nous aviez promise. Monsieur le candidat sortant, la rupture espérée était que vous gouvernez sans les vomis de 2012, sinon on allait continuer avec eux, de restaurer une justice équitable, de lutter contre la mal gouvernance, d’encadrer le privé national ect… Malheureusement, vous avez échoué et lamentablement échoué. C’est de notre devoir de vous trouver un remplaçant au soir du 24 février.

Fait à Abidjan, le 22 janvier 2019 Abdourahim Guéye, Secrétaire Général de la fédération du PUR de la Côte d’Ivoire