Couplage Locales/Législatives : Valdiodio Ndiaye épouse Aïssata Tall Sall…

Valdiodio Ndiaye trouve l’idée de couplage des élections législatives et locales « pertinente ». L’expert électoral a ainsi rappelé, sur les ondes de Sud fm, que ce débat a déjà été soulevé en 2017.

« Il est pertinent d’envisager la dissolution de cette assemblée en 2019 et de coupler les Législatives avec les élections locales…« , dit-il, rappelant qu’ « au lendemain du scrutin de 2017 et après la décision du Conseil Constitutionnel de maintenir le mandat du Président Macky Sall à 7 ans, l’idée de coupler les élections locales et législatives avait été agitée par certains qui plaidaient pour une cohérence institutionnelle…« 

« Ce couplage, s’il a lieu, va permettre, en dehors de la cohérence institutionnelle, de remettre le pays au travail pour les années suivantes (…) Ce qu’a dit Me Aïssata Tall Sall, au delà de toute considération, me semble pertinent…« , assure l’expert électoral.

Tanor Dieng prend le contre- pied de Aïssata Tall Sall…

« C’est prématuré d’enclencher ce débat inutile et inopportun, nous sortons de la Présidentielle et le chef de l’État n’a même pas encore prêté serment? »

Telle est la réponse du Parti socialiste à Aissata Tall Sall, par la voix de son porte-parole adjoint, Me Moussa Bocar Thiam.
C’était hier, selon Vox Populi, à l’issue d’une réunion tenue à la Maison du parti.

Pour mémoire, dans l’émission Grand jury du dimanche à la Rfm, le leader de « Osez l’avenir » avait agité l’idée de coupler les Législatives et les Locales.

Aissata Tall Sall : « Macky a fait preuve d’un esprit de dépassement et de grandeur »

La présidente du mouvement « Oser l’avenir » invite toutes les forces vives de la Nation particulièrement les leaders de l’opposition à répondre à la main tendue du président de la République. Selon lui, ce pays a toujours été un pays de dialogue politique. C’est une tradition républicaine.

« Faire de telle sorte que d’anciens chefs d’Etat viennent participer ou donner leurs idées à ce dialogue est quelque chose d’extraordinaire. Je pense qu’on ne peut pas douter de la volonté du président Macky Sall de vouloir dialoguer avec toutes les forces vives de la Nation. Nous devons le féliciter pour cette initiative heureuse et espérer que toutes les vives de la Nation répondent à ce dialogue pour mieux faire avancer notre démocratie parce que la démocratie n’est jamais une œuvre achevée », a déclaré l’avocate.

Avant d’ajouter : « Il faut que tous les démocrates répondent à cet appel du chef de l’Etat. C’est l’espoir que je nourris pour mon pays. Macky Sall a fait preuve d’un esprit de dépassement et de grandeur. C’est cela que nous attendons d’un vrai chef, de quelqu’un qui doit incarner la République dans sa continuité, dans sa stabilité, dans ses fondements nationaux et internationaux ».

Aîssata Tall Sall appelle à une rationalisation du calendrier électoral

Aîssata Tall Sall est favorable à une dissolution de la treizième législature mais également à la tenue d’élections législatives anticipées en couplage avec l’élection locale en 2019.

Elle souhaite que les élections locales et les élections législatives se fassent ensemble.

« Si vous observez ce qui ce passe au Sénégal, c’est qu’en moyenne tous les dix-huit mois, maximum deux ans, nous avons une élection quelque part. Mais on ne peut pas continuer comme ça. Il faut arrêter ce rythme infernal. Et j’opte pour ce que l’élection présidentielle passée, que toutes les autres élections soient organisées en même temps : Les élections locales comme les élections législatives. Pour qu’on ait des mandats de cinq ans remplis. Maintenant, à l’issue desquels tout le monde repartira encore à la case départ. Je pense que Cela fait partie de la rationalisation du calendrier électoral », a-t-elle déclaré, dimanche, sur les Ondes de la rfm.

3e mandat pour Macky Sall: Aissata Tall Sall « la constitution est claire… »

La mairesse de Podor était  l’invité, ce dimanche, de l’émission Grand Jury de la Rfm. Aissata Tall Sall a été interpellée sur une possibilité du président Macky Sall de briguer un troisième mandat.

« C’est un débat nocif…« , a répondu l’avocate. Avant de faire savoir que « le président n’est même pas encore déclaré vainqueur, que les gens agitent l’idée d’un troisième mandat. Il le sera lorsque le conseil constitutionnel se prononcera« .

« Je pense qu’ils n’ont pas écouté le président, lui même. C’est le dernier et lui même l’a confirmé et l’a répété« , poursuit Aïsata Tall Sall.

« On est dans le même cas de figure qu’en 2012, lorsque Me Wade a voulu encore se présenter pour un troisième mandat« , lui rappelle le journaliste, Babacar Fall.

« En faisait quoi? » s’interroge -t-elle. « En jouant sur des attendus, des virgules et un texte mal écrit de la constitution. Là ce n’est pas le cas. La constitution est claire…« , a soutenu Mme Tall.

Comment Harouna Dia a réussi, à enrôler Aïssata Tall Sall dans Benno bokk yakaar… Regardez

« C’est depuis 2009 que nous sommes dans les négociations. C’était très difficile…« , reconnait Harouna Dia, lors d’une interview accordée à senego.

L’ami et conseiller du président Macky Sall est revenu,  sur les démarches qui ont abouti au compagnonnage entre Aïssata Tall Sall et le président Macky Sall. A rappeler que l’avocate a rejoint la mouvance présidentielle, peu de temps après que sa candidature à l’élection du 24 février ait été invalidée, par le Constitutionnel, suite aux opérations de parrainage.

« Elle n’y croyait pas au début, quand je lui en faisais la  proposition de…« ,

Regardez

Sonko à Podor : « Que Macky Sall et son régime ne quittent pas le pays après l’élection » Wo Naa Aissata Tall Sall Neenako Mangui Demm Sa Deuk

La coalition « Sonko Président » est arrivée, à Podor, ce lundi vers 23h en provenance d’Ourossogui, pour les besoins de la campagne électorale en vue de la présidentielle du 24 février prochain. Le candidat, Ousmane Sonko a sillonné le département peu après son arrivée malgré le périple et le voyage mouvementé dû aux deux attaques que sa caravane a subi sur la route. Bien accueilli depuis l’entrée, il a tenu à remercier les populations visiblement très heureux de ce déplacement. Sonko a par ailleurs déploré le trajet caillouteux Ourossogui-Podor avant de demander le régime de ne pas quitter le pays s’il arrive à perdre le scrutin.
IGFM

Aïssata Tall Sall en remet une couche: «les Podorois allaient me jeter des pierres si… »

Après son soutien au président sortant, Macky Sall, qui avait soulevé beaucoup de débats, Aïssata Sall, a tenu à briser le silence et à se justifier devant ses militants. Lors du meeting tenu dans son fief à Podor, le leader du mouvement «Osez l’avenir » a révélé les raisons de sa décision.  

«Tout le Sénégal sait maintenant que je soutiens le Président Macky Sall. Mais, beaucoup ne savent pas pourquoi je le soutiens. Aujourd’hui, j’ai considéré qu’il était important, dans le département d’où je suis née et dont je suis le maire que je puisse dire à mes parents pourquoi j’ai décidé de soutenir Macky Sall », a souligné Aissata Tall Sall dès sa prise de parole.  

Elle poursuit, «Pendant quatre (4) tours d’horloge, nous avons discuté avec le Président Macky. Et, nous avons échangé avec lui arguments contre arguments. Il a parlé de son programme autour du Plan Sénégalais émergent (Pse) et j’ai parlé de mon programme autour de la Société du progrès. Et, nous avons vu qu’autour de certains points les plus importants, nous sommes en parfaite convergence par rapport à ce que nous voulons faire pour le Sénégal. Voilà pourquoi nous avons décidé de soutenir le président Macky Sall».  

La «Lionne » de Podor de préciser : «Je n’ai pas peur une seule fois de ce que je dois faire en politique. Jamais, par émotion, par pitié ou par des intérêts personnels, je dirais voici ce que je vais faire. Ce que j’ai fait est basé sur une vision claire et profonde (….)».  

Répondant à ses détracteurs, la robe noire de lâcher : « Et bien, je suis au courant de tout, mais je ne réponds pas. Ça ne me dérange pas. Ça me laisse au pôle Nord. Car, je n’ai pas peur de ce  qu j’ai fait et je l’assume».  

Avant de conclure que : «Si j’avais décidé de soutenir seule, Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Me Madické Niang ou Issa Sall, les Podorois allaient me jeter des pierres. Je le dits très haut, aucun de ces candidats ne peut me supporter (…)».