Le faux Kocc écroué pour complicité de trafic de cocaïne, viol et diffusion de données personnelles.

C’est hier jeudi que le juge du sixième cabinet a inculpé et placé sous mandat de dépôt le faux Kocc. Modou Dièye est poursuivi de complicité de trafic de cocaïne, viol et diffusion de données personnelles.

Il doit encore se demander comment il a pu se retrouver dans un tel pétrin. Homme d’affaires qui gagne bien sa vie dans le monde des voitures, Modou Dièye a vu sa vie basculer en fonçant tout droit entre les quatre murs de la prison de la Maison d’Arrêt de Rebeuss (Mar) où il est désormais pensionnaire.

Arrêté dans la nuit du 25 janvier 2019, le faux Kocc a été placé sous mandat de dépôt hier, jeudi 31 janvier 2019. Après trois (3) retours de parquet (Rp), le juge du sixième cabinet, en charge du dossier, lui a notifié les chefs d’inculpation, avant de le placer sous mandat de dépôt, pour complicité de trafic de cocaïne, viol et diffusion de don-nées personnelles.

Une inculpation qui lui ouvre les portes de la chambre criminelle. Si jamais le juge, après l’instruction, maintient ces chefs d’inculpation, il sera jugé en tant que criminel. Non parce qu’il s’est fait passer pour Kocc, en faisant chanter les filles, mais parce que tout simplement, dans l’une de ses conversations, les enquêteurs ont découvert un message dans lequel il aurait un «Link» avec un trafiquant de cocaïne.

Le viol visé, trois supposées victimes dans le dossier
Sur ce message, objet de son inculpation pour complicité de trafic de cocaïne, il aurait indiqué son interlocuteur quelqu’un qui «pourrait lui vendre une quantité de cocaïne». Un message enfonçant le mis en cause qui risque au minimum, dix (10) ans de travaux forcés. Avec la loi Latif Guèye, c’est le minimum de la peine en matière de drogue.

Alors qu’il risquait au minimum, 7 ans de prison ferme, l’enquête a piqué vers cette ouverture qui a fini de détruire sa vie. Pis, le mis en cause est, selon une source proche du dossier, «très malade». Hypertendu avec d’autres maladies citées, il a, avant-hier mercredi, fait un malaise. C’est le même informateur qui parle : «Il a fait un malaise et a été acheminé à l’hôpital principal. Il a fait un début d’Avc et commençait à perdre la partie gauche… Heureusement qu’il a été évacué à temps. Actuellement, il doit être à l’infirmerie de la prison.»

Comme on dit, un malheur ne vient jamais seul. Et celui-là vire en pathétisme.

Faits criminels, vers une longue instruction C’est dans la nuit du vendredi que Dieynaba Thiam de la série «Nafl» a
balancé une vidéo sut le net, annonçant l’arrestation de Kocc Barma Fall, administrateur de «Seneporno». Croyant que son copain était celui qui balance les vidéos des filles sur le Net, elle a jubilé de faire tomber celui qui, depuis deux ans, échappe aux filets de la justice. Une méprise de sa part, car ce que lui avait fait croire Dièye était faux.

Il n’était personne d’autre qu’un vendeur de voitures qui fait la navette entre le Sénégal et l’Allemagne. Aujourd’hui, ce jeu coquin s’est retourné contre lui. Et le pauvre homme se morfond dans sa douleur. Aujourd’hui, avec les faits criminels retenus, l’instruction peut durer des années.

Et si le juge ne lui accorde pas un non-lieu, il devra prendre son mal en patience et se résigner à rester en prison durant des années. Ce, le temps que le juge clôture le dossier, l’envoie en jugement, pour enfin passer le flambeau au parquet, chargé de l’enrôler et de choisir la date du procès. T.

MARIE LOUISE NDIAYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *