Une Sénégalaise de 16 ans a tué, vendredi dernier, un Marocain de 63 ans, en lui plantant 10 coups de couteau au torse, au dos et au visage. Le drame s’est passé en Italie, plus précisément à Castelnuovo Scalo, ville de Sienne. Leral vous propose en exclusivité le témoignage poignant de la mère de la fille qui a tué son agresseur sexuel en Italie

Témoignage poignant de la mère de la fille qui a tué son agresseur sexuel en Italie Tout sʼest passé lʼaprès-midi du vendredi 4 janvier 2019. Comme un film qui se déroule sans cesse sous mes yeux. Il sʼagit de ma fille!! de mon sang!!de ma chair !!hé oui ma tendre et bien aimée fille !! Une fille de 16 ans innocente. 

 Les faits se sont déroulés au environ de 16h30. Ayant constaté quʼil me manquais quelques légumes et condiments dans le frigo, jʼai demandé M ma fille aînée de veiller sur ces deux petites sœurs (lʼune de 3 ans et le bébé de 5 mois) qui faisais sa sieste. 

Le temps que je me dépêche dʼaller faire des courses du supermarché. Ce que je faisais même pas dʼhabitude. Mais M jʼavais vraiment pas le choix. Hélas, cʼétait le fameux jour ! Tout le monde sait comment vivent les femmes de la diaspora à lʼétranger contraintes entre le travail, les enfants, lʼécole, la crèche … Sans personne pour les aider dans les moindres tâches ménagères ni pour garder les enfants comme il est de coutume en Afrique. 

 Tu es obligée de tout te taper, courir de gauche à droite mais, bref, cʼest le devoir de la femme dans le foyer près tout. Daaw goudddi daaw beuthieuk, boléé bayi ndiabott guinaw la gnou nekkei biitim reew. Une fois au supermarché, jʼai rencontré mon voisin accompagné dʼun ami après une minute dʼéchange il mʼa dʼailleurs passé son chariot dès lors qu’il avait déjà fini ses courses. 

 Figurez-vous que ce même voisin avec qui mon mari a vécu plus de 12ans avant que je ne le rejoigne en Italie. Ce voisin qui a vu grandir ma fille et naître mes derniers enfants, celui avec qui on a tout partagé ensemble ( fou rire, plats du bled, les moments de détente tout tout…) 
Sachant qu’il m’a laissé au supermarché et que mon mari était parti en France où on comptait bientôt déménager dʼ’ailleurs, nʼa rien trouvé dʼautre en rentrant que de toquer chez moi. Ma fille lui ayant ouvert la porte, il était nu! Il l’a repoussa, enferma la porte et sʼempara de la clé. 
Il la tire de force dans ma chambre en lʼétranglant. Il l’a déshabilla et monta sur elle pour tenter de la violer après multiples appels au secours en vain. 

Ma fille se débattait sans espoir quand elle a réussi à se libérer de cette emprise, son bourreau le suivait. Elle rentra dans la cuisine attrapa un couteau essayant de se défendre. Il lʼétrangla cette fois ci alors quʼelle était sur le dos. Elle lui planta des coups de couteaux de toute part sans réflexe juste pour se libérer et se défendre. 

Ces coups lui furent fatals. Je reviens chez moi, je tombe sur cette scène dʼhorreur. Les ambulances étaient déjà là les gens venus de partout. Ce drame qui se passe et se repasse dans ma tête. Ce sang qui traverse mon regard! Oh mon DIEU pourquoi je ne pouvais pas le sentir avant? 

Oh pourquoi nʼai-je pas vu en rêve cette terrible journée? Ne suis-je pas en train dormir? Autant de questions sont restées sans réponse. Hélas en vrai, cʼest la triste réalité. Le fameux voisin est mort! Ma fille est aujourdʼhui en détention en attendant que lʼon statue sur son sort. Et jʼai crié !! crié!! ma fille pour quʼelle revienne. Et jʼai pleuré, pleuré ma fille pour quʼelle revienne mais rien faut que la justice fasse son travail. Aujourdʼhui comme la nuit ne savant pas les lendemains qui seront réservés Ma fille aînée par la police italienne. Une vie déchiquetée en mille morceaux! Une image qui ternir à jamais! Cette fille si bien éduquée qui ne sortais que pour lʼécole. Elle qui était entièrement pudique quʼelle mʼen voulais de rentrer dans sa chambre et de découvrir son corps tellement elle en était jalouse. 

 Celle qui ne sʼhabillait jamais en décolleté rien que pour quʼon ne découvre pas lʼapparition de ses rondeurs Elle sʼest sentie déchue humiliée au plus profond de son être par ce vieux marocain de 63 ans. Il le regardait comme un appât durant toute cette vie commune. Étant au courant du déménagement prochain, il sʼest lancé sur son projet tant mijoté ( plan yakk khalé bi ) ce qui a échoué et viré à la tragédie. Je lance un appel à tous les autorités sénégalaises, pour quʼil puisse intervenir sur ce dossier, à toutes les bonnes volontés pour que ma fille puisse revenir dormir à mes côtés. Elle doit pas être victime de la perversité de lʼhomme. Gnou fekk la sa keur togne la baparé yakk sa adouna. 

 A toutes les mères à toutes ces femmes jʼai envie de dire dʼêtre plus vigilantes, de ne plus faire confiance en personne. Je dis bien personne car, même notre main gauche peut nous trahir un jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *