Affrontements partisans PUR-BBY : Ibou Diop, mortellement poignardé

Des affrontements entre les militants du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) et de la coalition Benno Bokk Yakar (Bby) ont eu lieu ce lundi dans la matinée à Tambacounda. Le bilan fait état d’un mort du côté du camp du pouvoir.

La violence électorale vient de faire un mort à Tamba. Un jeune, du nom d’Ibou Diop, âgé d’une trentaine d’années a été tué au quartier Pon de Tambacounda.  Il a été grièvement poignardé durant la bagarre avant de rendre l’âme.  

Tout est parti d’une dispute sur une affiche de Benno Bokk Yaakaar qui aurait été détériorée par des militants du Pur. S’en suivra une bataille rangée où les deux parties ont échangé de jets de pierres et coups de gourdin.  

La bagarre a aussi fait quatre (4) blessés. 

Vidéo – A Mbour, des militants du PUR se jettent sur le véhicule de Sonko pour lui témoigner leur sympathie

Le leader du Pastef a été accueilli par une marée humaine à Mbour ce dimanche. Mais ce qui le plus frappé Ousmane Sonko dans cette étape de la campagne, c’est la sympathie que lui ont témoigné les militants du PUR qu’il a croisés. Il a publié la vidéo de la belle rencontre sur son compte Twitter avec ces mots: 
« #MBOUR – A notre arrivée, nous avons croisé les militants du parti PUR. Une fierté de voir cette jeunesse engagée pour un Sénégal Nouveau. Nos encouragements et prières à l’endroit de leur leader, le Président Issa SALL ».

Présidentielle 2019 – Sondage International Political Poll : Découvrez les probabilités !

Macky Sall est sur la bonne voie pour remporter les élections de février 2019 au premier tour.

L’enquête que nous avons menée un mois avant les élections présidentielles sénégalaises de 2019 révèle que le président sortant Macky Sall a accru son avantage sur ses rivaux et qu’il devrait l’emporter au premier tour par une large majorité pour un second mandat à la présidence.

Cette enquête a été menée à la suite d’une procédure de parrainage qui a permis de réduire le nombre de candidats de 27 à une liste finale de 5. L’un des résultats évidents de ce processus a été la forte dérive des votes des candidats éliminés vers le président sortant Sall.

À l’approche des élections, les modalités de vote deviennent plus claires. Ousmane Sonko et Idrissa Seck sont dans une course serrée pour la deuxième place, chacun avec un peu plus de 6% des voix. Les deux derniers candidats, Issa Sall (du PUR) et Madické Niang, qui a lancé son propre mouvement après la rupture avec le PDS, obtiennent chacun environ 4% des voix.

Le président Macky Sall jouit d’un fort soutien tout au long de sa carrière. Néanmoins, les résultats de l’enquête fournissent des indications intéressantes.

Les principales tendances sont identifiées comme suit : Le président Sall bénéficie encore d’un très fort soutien de la part des populations rurales et d’âge moyen; Ousmane Sonko bénéficie d’une base de soutien solide dans les populations urbaines et en particulier auprès des jeunes et des femmes ; la popularité relative d’Idrissa Seck est surtout parmi les électeurs âgés.

Le nouveau venu Ousmane Sonko, a une avance serrée sur l’ancien et plus expérimenté Idrissa Seck, qui a perdu quelques voix ces derniers mois.

Ce rapport présente les résultats d’un sondage d’opinion réalisé 30 jours avant le jour du scrutin sur un échantillon de 2 900 adultes en âge de voter provenant des 14 régions administratives du Sénégal.

FIGURE 1 : Résultat National

FIGURE 2 – RÉSULTATS PAR RÉGION

FIGURE 3 – RÉSULTATS PAR GENRE

FIGURE 4 – RÉSULTATS PAR ÂGE

FIGURE 5 – RESULTATS PAR PROFESSION

En, il est important de préciser qu’il ne s’agit que d’un sondage. Les résultats que présente ces tableaux sont variables et peuvent basculer à tout moment.

Bes Du Ñakk soutient PUR : les raisons d’un choix judicieux (Opinion)

Trêve des spéculations… allons vers un nouveau cap. 
C’est enfin acquis! Les forces du PUR, à travers la candidature du Professeur Issa SALL à l’élection présidentielle du 24 Février prochain, reçoivent un allié de taille avec le soutien de Bes Du Ñakk, Mouvement Citoyen pour la Refondation Nationale. 

La décision du comité d’initiative de Bes Du Ñakk met fin à des semaines de spéculations indécentes qui avaient déjà jeté le parti dans la coalition présidentielle. Et pourtant, rien dans les déclarations du directoire ni dans le comportement de son leader ne présageait et ne pouvait conduire à des actes de si mauvais augure. 
Bes Du Ñakk, fidèle à sa détermination et à son attachement aux intérêts du peuple, a étudié de façon responsable la situation du pays au lendemain du parrainage, cet outil lâche et sans crédibilité utilisé par le pouvoir pour éliminer de façon inacceptable, Serigne Mansour SY Djamil et tant d’autres. L’alliance Bes Du Ñakk-PUR a été scellée sur la base d’une communauté de destin qui s’articule autour de l’adhésion aux Conclusions des Assises nationales que le PUR a éloquemment déclaré être le socle de son programme. 

Des Assises nationales au Manifeste Citoyen pour la Refondation nationale -l’alliance BDN-PUR ou les contours d’un projet qui va se concrétisant 
Les Assises nationales  sont le résultat d’un questionnement pluriel aux différents défis du Sénégal, son émancipation et son développement. Il se trouve que le leader de Bes Du Ñakk, Serigne Mansour Djamil, a été l’un des Acteurs les plus assidus aux travaux des Assises depuis la fameuse lettre qu’il avait envoyée de Djeddah pour annoncer sa totale adhésion à cette initiative salutaire du Président Amadou Moctar Mbow et des grands patriotes qui l’accompagnaient. Bes Du Ñakk, en tant que parti, est un aboutissement de ce processus.

De grands animateurs des Assises ont contribué à sa création, en l’occurrence Abdou Salam Fall (Secrétaire du Comité Scientifique des Assises), le regretté Mouhamadou Mbodj (forum civil) Magueye Kassé, Amacodou Diouf, Bamba Ndiaye, Aida Niang, Pape Mbaye, Ibrahima Gueye, Ousmane Sané, Françoise Corréa, Fatou Jupiter Sarr, Aziz Diagne, Charles Guèye, Katy Cisse Wone, Aliou Diack, Mansour Sy Djamil, et Saliou Sarr. Ils ont senti qu’ils manquaient aux Assises l’élément subjectif ou le bras politique qui faciliterait l’aboutissement de ces conclusions, tel que décliné dans le manifeste de Bes Du Ñakk : « puisse l’opposition, toutes sensibilités confondues, proposer un projet politique conforme aux valeurs prônées par les Assises, capable par conséquent de mobiliser son électorat et plus longuement les couches populaires.

Conscients de l’ampleur du défi que les femmes et les hommes sincèrement attachés aux Conclusions des Assises doivent relever, nous avons choisi de signer et de faire signer ce manifeste. Pour beaucoup d’entre nous, ce choix est d’autant plus lourd que nous n’engageons pas que nous-mêmes. Nous sommes porteurs et comptables d’un héritage. Nous venons après bien d’autres dont l’engagement, les luttes et parfois les sacrifices ont forgé les outils que nous avons entre les mains ». 

C’est pourquoi il est heureux que, dans cette confusion totale créée par le parrainage et ses suites,  le PUR ait pu afficher la lucidité de faire renaître de ses cendres les Assises nationales dont certains des acteurs, ombres et spectres des régimes faillis qui se retrouvent aujourd’hui dans la coalition au pouvoir, ont savamment essayé d’enterrer les Conclusions. C’est cela qui fonde l’action commune de l’alliance Bes Du Ñakk-PUR, au-delà de toutes autres considérations. 
Ce compagnonnage a été prédit depuis des mois par  des observateurs de la scène politique en ces termes: « Bes Du Ñakk a démontré au détour d’une forte mobilisation l’ancrage populaire de son parti mais encore sa solidarité à cette nouvelle formation montante du PUR, laquelle avait accompagné de façon spontanée les couleurs oranges lors de ces retrouvailles… Il s’agit, en tout cas, d’une force avec laquelle il va falloir compter pour 2019.

Quand on voit les t-shirts orange de Bes Du Ñakk et vert du PUR, marchant côte à côte, on ne peut plus trop faire un déni de réalité. Sans tomber dans la politique fiction, il suffira qu’une frange des anti-Macky de Touba rejoigne leurs cousins de Tivaoune pour que la configuration politique du Sénégal change de fond en comble et provoquer le même type de séisme que l’avènement d’E. Macron a provoqué en France ». 

BDN-PUR, l’éthique au service du peuple, ensemble pour la rupture ! 
La politique au Sénégal est à la fin d’un cycle, comme l’a judicieusement relevé la déclaration du comité d’initiative de Bes Du Ñakk. Les partis traditionnels que sont le PS, le PDS et  l’AFP sont dans un état de déliquescence tellement avancée qu’ils n’ont même pas de candidats. L’APR, le parti du président, est tellement conscient que le peuple lui a tourné le dos qu’il ne se donne même pas la peine d’organiser des élections libres et transparentes ; et quiconque s’approche de Benno Bokk Yaakar s’expose à la vindicte populaire. L’exemple d’Aïssata Tall Sall est une éloquente illustration qui devrait faire réfléchir à deux fois les apprentis transhumants. Les partis de Gauche ont failli à leur mission historique d’agents catalyseurs et d’aiguillon qui ont inspiré les deux alternances et qui aujourd’hui, gèrent une situation de rente.

Devant cette situation, Bes Du Ñakk reste fidèle à ses principes et à son Manifeste citoyen. Sous la houlette de son leader Serigne Mansour, le parti est conscient des enjeux du moment pour le changement avec une véritable rupture, impliquant toutes les composantes de la nation pour une transformation sociale nécessaire, attendue de longue date, et que les différentes alternances ont tragiquement trahi. 
Le PUR et BDN, avec d’autres forces émergentes, ont devant eux un boulevard pour aller vers la recomposition politico-sociale de notre pays au moment où des défis très graves de gestion de nos ressources naturelles se présentent au peuple sénégalais. Nous avons, pour la première fois, un candidat incarnant l’éthique, mémoire vive de notre patrimoine culturel, sanctuaire de la pensée des foyers spirituels toutes confréries confondues qui constituent les fondements de la société sénégalaise. Cet homme créateur et inventif, est assez éclairé aux exigences du monde moderne pour adosser son programme aux Conclusions des Assises nationales. Ceci explique le très fort consensus exprimé en faveur du Pr El Hadj Issa SALL, candidat du Parti pour l’Unité et le Rassemblement. C’est à côté de ce candidat que Bes Du Ñakk va mobiliser ses forces. Il peut dès lors compter sur la capacité d’ancrage du parti et de son expérience pour avoir accompagné depuis toujours les différentes étapes de la lutte du peuple sénégalais. 

Bes Du Ñakk, son ancrage populaire et sa capacité de mobilisation ! 
Bes Du Ñakk s’est illustré par une grande capacité de mobilisation lors des différentes marches et manifestations de l’opposition à Pikine et à la place de l’obélisque, créant ainsi des marées humaines. Bien que Serigne Mansour SY Djamil soit éliminé de la manière la plus inattendue, légère et cynique, grâce à la sainte alliance qui vient de se nouer, on peut s’attendre à un rassemblement vers lequel va affluer une importante frange de l’électorat, notamment au niveau de la grande banlieue de Dakar, Yène, Rufisque, Bargny ; dans les régions de Thiès, Mbour, Louga, Kébémer, Saint-Louis ; dans le Walo et plusieurs autres localités du pays. C’est cette même capacité de mobilisation qui se note au sein des Dahiras de Serigne Mansour SY Djamil qui organisent les plus grands rassemblements qui réunissant des milliers de fidèles dans les quatre coins du pays du Takoussane Baye Djamil à Keur Ngounta en passant par le Tour national, le Gamou de Louga, le Gamou de Ngoumbeu, Ndiang MbaMbodj et Ngana Sall pour ne citer que ceux-là.   

La confluence du discours de Wade et les dénonciations de BDN : la nécessité d’une alternative PURE ? 
Il s’y ajoute qu’immédiatement après cette décision du Comité d’initiative, le Président Abdoulaye Wade décide d’entrer en jeu en faisant une déclaration reprenant ce que nous avons toujours dit et dénoncé. Egrenant le bilan de Macky Sall, depuis sept ans, pour lequel BDN était au devant des fronts de lutte, le Président Wade montre les traces d’une conspiration contre le peuple et les germes d’une tyrannie qui s’annonce. 
Dans la situation actuelle, le socle le plus sûr et le plus déterminant est l’alliance  PUR-Bes Du Ñakk qui, pour la première fois, va mettre notre destin entre les mains du peuple pour les deux semaines qui viennent. Il est de notre responsabilité à tous de mobiliser chaque citoyen pour soutenir le candidat de l’espoir et de l’émancipation pour un Sénégal libre, démocratique, prospère, intégrant ainsi les acquis du monde moderne en faisant une utilisation judicieuse de nos ressources humaines d’exception et naturelles abondantes. Voici la singulière nécessité de ne pas rater ce moment de l’histoire de notre pays. 
En 2010 déjà, Bes Du Ñakk dans son Manifeste citoyen soulignait: «l’originalité du rassemblement réside dans cette détermination à associer dans notre démarche toutes les catégories sociales qu’exige la réalisation de cet objectif. Elle vise à faire en sorte que se rencontrent, dans une même démarche commune, l’expérience du mouvement démocratique des forces de gauche, les leçons tirées de l’expérience de gouvernement depuis l’indépendance, le capital symbolique dont jouissent les religions, la créativité des intellectuels et des artistes, le patriotisme des artisans et des travailleurs, l’engagement des organisations du monde rural, des mouvements sociaux des jeunes, des femmes, des coopératives, des syndicats, tous tendus vers le même objectif d’émancipation humaine. Intégrer toutes ces composantes pour les dépasser, les mobiliser pour la refondation et engager les transformations sociales qui auront des impacts positifs sur toute notre société, tel est le défi de ce Manifeste». 
Dans la frénésie des alliances qui se nouent et se dénouent même durant la campagne électorale, une coalition est et se situe au dessus de la mêlée. Le soutien que Bes Du Ñakk apporte au PUR depuis dimanche est le vrai tournant de cette campagne. Laissons la clameur créée par l’arrivée de Abdoulaye Wade se dissiper pour voir apparaître tout l’impact de l’alliance Bes Du Ñakk-PUR dans sa diversité et sa richesse où toutes les composantes réclament leur droit d’être différent et leur devoir d’être ensemble. 
Soyons ensemble pour l’intérêt seul du Sénégal, comme Bes Du Ñakk et PUR montrent la voix ! 

Débat: Après Issa Sall et Ousmane Sonko, Idrissa Seck prêt pour le débat présidentiel

Il ne manque plus que le Président sortant Macky Sall et le candidat Madické Niang pour faire le plein. Ce dimanche 10 février 2019, Idrissa Seck a manifesté, via son compte Twitter, sa volonté de participer au débat présidentiel initié par la jeune étudiante sénégalaise en Science Po (Paris) sur Twitter à travers le hashtag #SunuDébat. 
« Je salue l’initiative #SunuDebat et vous confirme que c’est avec plaisir que j’y participerai pour débattre avec les autres candidats et exposer nos propositions pour un Sénégal Gagnant. », a écrit le candidat de la coalition Idy2019 sur le Réseau social

Selon Awa Mbengue, Idy a officiellement donné son accord pour participer au débat

Kolda: El Haj Issa Sall déplore l’attitude de la police qui a barré sa caravane pour laisser passer celle de Macky

Il s’est passé des choses samedi 09 février à Kolda, lorsque caravanes de la coalition Benno Bokk Yakaar et Parti pour l’Unité et la Rassemblement (PUR) se sont croisées. Les forces de l’ordre, chargées de veiller à la sécurité de tous les candidats à la Présidentielle, sont accusées par El Haj Issa Sall d’avoir bloqué son cortège pour favoriser le passage de celui du Président sortant Macky Sall. 
« Nous avons été bien escortés de Oussouye à Vélingara par la gendarmerie, qui a été très républicaine en nous facilitant la tâche. Mais c’est au niveau de Kolda que d’autres forces de l’ordre, notamment les GMI (Groupement mobile d’intervention rattachée à la police) ont préféré arrêter notre caravane pour laisser passer celle de Macky Sall », a-t-il dit ce dimanche lors d’une rencontre avec la presse.

« Notre sécurité est impeccable…Personne n’ose nous attaquer »

Toutefois, le candidat du PUR a tenu à bien précisé que sa sécurité ne s’est pas laissé faire. « Notre sécurité est impeccable. D’ailleurs vous vous êtes rendu compte ce n’aurait pas été notre sécurité, nous aurions eu des difficultés. Donc on n’a pas besoin de renfort », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « ils (BBY) ne nous ont pas attaqués hier, contrairement à ce que certaines personnes disent. C’est simplement les forces de police qui nous ont demandés de nous arrêter en attendant qu’un autre candidat passe. Je rappelle que nous sommes sur le même pied. Il y a le candidat Macky Sall, il y a le candidat Issa Sall. Ils auraient dû laisser notre cortège passer tout simplement. Nous n’avons pas fait l’objet d’attaque. Personne n’ose nous attaquer »

Urgent-Officiel : le juge Ibrahima Hamidou Dème soutient Issa Sall

L’ancien juge Hamime Dème vient d’annoncer son soutien au candidat du Parti de l’Unité et du rassemblement (Pur), El Hadji Issa Sall.

Le juge Ibrahima Hamidou Dème, qui a démissionné de son poste pour poser sa candidature à la présidentielle du 24 février 2019 vient d’officialiser son choix. Il annonce son soutien à El Hadji Issa Sall, candidat du Pur. 

«Notre choix s’est porté sur le candidat El Hadji Issa Sall parce que nous estimons dans le cadre du « Mouvement Ensemble » qu’il rassemblait les qualités et les valeurs qu’un dirigeant doit avoir à la destinée du Sénégal. Nos deux critères principaux, c’était qu’il fallait un homme intègre d’abord, et deuxièmement un homme nouveau. Et puisqu’il rassemblait ces deux qualités-là, nous avons décidé de porter notre choix sur sa personne», explique le candidat recalé à la présidentielle de 2019.  

Hamidou Dème de poursuivre, «Nous avons naturellement rencontré les autres candidats de l’opposition à leur demande en leur précisant que nous, nous avons des critères par rapport à notre engagement de départ. Qu’est-ce qui fait que nous entrons en politique ? C’est pour des principes et des valeurs pour le renouvellement de la classe politique». 

Et, souligne-t-il, «nous ne voulons pas dire pourquoi on n’a pas choisi d’autres, mais il faut surtout dire pourquoi nous avons choisi Issa Sall».

Présidentielle 2019: Le Mouvement J-A-S décide de soutenir Issa Sall du P-U-R

Le Bureau Politique du Mouvement J’aime le Sénégal (JAS) s’est réuni le jeudi 07 février 2019 pour décliner le choix de son candidat en vue de la Présidentielle du 24 février prochain.

Ainsi, lors de cette réunion présidée par son leader Moulaye Camara, le Mouvement J-A-S, qui a renouvelé son soutien indéfectible à son patron, a décidé de soutenir la candidature du président Issa Sall. « Ceci faisant suite à une large examination de la situation politique qui prévaut actuellement au Sénégal et à l’étude des candidatures de tous les candidats autorisés à participer aux élections présidentielles, à l’exception de Ousmane Sonko…« , peut-on lire dans une note parvenue à senego.

Et de poursuivre: « après plusieurs esquisses, d’efforts de consolidation de thèmes par un processus d’analyse, un processus d’échange et de confrontation d’idées entre responsables partageant les mêmes valeurs dans l’esprit que nous inspire à officialiser la coalition avec le Parti de l’unité et le rassemblement (PUR) le samedi prochain au sein de leur siège sis à Mermoz. Partageant les mêmes points de vue que ledit parti, cette rencontre a également été une occasion pour les responsables de revoir leur entrée au sein de cette coalition… »

Ils ont, à cet égard, demandé à tous les membres et sympathisants de ne ménager aucun effort pour « la victoire éclatante » de leur candidat au soir du 24 février prochain. Une occasion que Moulaye Camara a saisi pour lancer un appel pour une mobilisation sans faille pour la démocratie et la restauration de l’État de droit.

Source : senego