Caravane Jotna au Nord : Sonko va-t-il écraser la dame de fer ?

La caravane de « Jotna » attendue à Podor, Dagana et Saint-Louis.

La coalition Sonko Président chez Aïssata Tall Sall, la verte devenue marron et qui, au passage du Président Macky Sall dans sa ville, a fortement mobilisé. En dépit de sa mort politique prédite par ses détracteurs. La déclaration du leader de « Jotna », sûrement axée sur la transhumance, est fortement attendue. Podor, Dagana, Matam sont prêts !

Ourossogui : L’arrivée triomphale de Sonko à 1 heure du mat’

C’est vers 1 heure du matin que le candidat de la coalition « Sonko Président » est arrivé à Ourossogui en provenance de Koumpentoum.

Malgré l’heure tardive, Ousmane Sonko a été massivement accueilli par les jeunes du Pestef. Une caravane y est prévue, ce lundi, avant les étapes de Podor, Dagana et Saint-Louis.

Samuel Sarr définit Idy comme « un danger » et « Sonko » comme un talentueux « menteur »

Sans doute pour plaire à son nouveau patron, l’ancien camarade de parti du candidat de la coalition Idy 2019, Samuel Sarr, déterre les épisodes fâcheux de la brouille entre l’ancien Premier ministre et le Président Wade en 2005. Dans un  ton très amer, le souteneur du candidat de Benno Bokk Yakaar (BBY) déclare qu’ Idrissa Seck est «un danger pour la République».  

Revenant sur leur différend dans une lettre publique, Samuel Sarr de raconter : « Sans aucune retenue, recommandée pourtant à toute personne qui aspire à diriger un pays, Monsieur Idrissa Seck avait proféré des insultes publiques contre la personne qui incarnait l’autorité de la République d’alors. Un jour, j’étais incapable de contenir mon amertume lorsque le leader de la coalition «Idy 2019 » a publié ses CD « Lui et moi ». Je ne vais pas m’autoriser à rappeler les mots durs et excessifs qu’il avait prononcés contre lui qui incarnait l’Institution de la présidence de la République qu’il avait tentée de souiller par des diatribes acerbes ».  

«Ce jour, poursuit-il, je me suis dit : « Dieu fait bien les choses », car cet homme au caractère extraverti et belliqueux qui dévoile des dossiers de l’Etat estampillés  « Secret », était un danger pour la République.  
Samuel Sarr est convaincu qu’Idrissa Seck voulait désacraliser l’institution présidentielle dans son conflit politique contre le président Wade, sans tenir compte du respect dû aux personnes âgées. 

  Par rapport au candidat de la coalition Sonko Président, le leader du Libéralisme social sénégalais (LSS) estime qu’il l’a accusé sans preuves. «Je n’ai pas soutenu Ouamne Sonko. Le leader de Pastef m’a paru trop léger dans ses positions dues peut être à son défaut d’expérience. Et il a un talent rare de diffuseur de fausses nouvelles. Ousmane Sonko m’a accusé plusieurs fois sans prendre la peine de vérifier les informations qu’il avance contre moi », peut-on lire dans la note.  

Sécurité des candidats : « le refus de Sonko n’est que de l’infantilisme républicain », (Bby)

Le pôle de communication de la mouvance présidentielle a réagi au refus du leader du Parti « Pastef les Patriotes » Ousmane Sonko d’accepter dans sa sécurité les gendarmes d’Aly Ngouille Ndiaye, sous-prétexte qu’il ne fait pas confiance à ce dernier. 

Selon le porte-parole proclamé du candidat Macky Sall, Pape Mahawa Diouf,  «c’est de l’infantilisme républicain. Car la République on ne l’a taille  pas sur mesure au niveau de sa propre personne. L’Etat avait déjà pris des mesures et ils l’ont consolidé au regard des circonstances. Donc y’a rien de plus normal. Il faut avoir une certaine maturité. » 

Du médecin après la mort ? Le sieur Diouf s’empresse de souligner que c’est la première fois qu’une telle mesure est  prise dans une élection, donc c’est à saluer, dit-il.

Vidéo – Pape Gorgui Ndong défie Ousmane Sonko: « Mane rék douma moromam mako… »

La rubrique campagne de Senegal7, a reçu, ce samedi, le ministre de la jeunesse, Pape Gorgui Ndong. Ce fidèle parmi les fidèles de Macky mène sa campagne à Pikine Ouest. Au micro de notre site de référence, il a livré sa méthode pour conquérir la population de ladite localité. Le responsable Apr se dit confiant pour une victoire de son mentor, au soir du 24 février. Le maire de ladite localité s’est aussi prononcé sur le cas de Me Wade. A cette occasion, il n’a pas manqué de tirer sur le leader des Patriotes, Ousmane Sonko. Regardez.

( 07 Photos) Tambacounda : une marée humaine a accueilli Ousman Sonko, Macky doit s’excuser publiquement devant les casamançais Selon Sonko et Internet va le battre …

A Vélingara, Sonko a encore lancé des piques à Macky Sall. Selon le candidat de Pastef, le candidat sortant a peur et sera battu par Internet

« Macky a peur, il veut se rassurer lui-même. Selon toutes les informations qu’il a reçues, il ne gagnera pas ces élections. C’est pourquoi, ils ont convenu de mentir aux gens vulnérables, en leur disant qu’ils risquaient la prison s’ils votaient pour un autre que pour celui qu’ils ont parrainé. Je veux vous dire que ce n’est pas vrai. Election et parrainage ne sont pas la même chose. Dans l’isoloir, vous serez seul avec Dieu », a précisé Sonko dans les colonnes de L’As.

Un discours fait pour mettre en confiance les électeurs de Vélingara. Surtout les jeunes qui, comme d’habitude, ont constitué hier, le plus gros du rassemblement. Lequel est assez réussi, d’autant plus que Sonko, de son propre aveu, n’était jamais venu dans ce département. « Je dois cet engouement à Internet », dit-il pour répondre au candidat Sall, qui avait raillé ces candidats 2.0.

https://dai.ly/x72ibfp


(18 Photos) Madina Souané : Ousman Sonko dans un daara panafricain

À la porte d’entrée du domicile du chef religieux, une importante mobilisation, essentiellement les talibés. Formant deux colonnes, ils entonnent des chansons religieux pour accueillir le candidat Ousmane Sonko, venu rendre visite au maître des lieux, Cheikh Abdalaye Karamba Souané.

Dans ce haut lieu d’apprentissage du coran, il y a plus de 1 000 jeunes de différentes nationalités : Sénégalais, Bissau Guinéens,  Gambiens, Burkinabés et même Sierra Léonais, si l’on en croit le chef du village, frère du khalife. « Si vous étiez là à l’heure du repas, vous vous croirez dans une cérémonie. Les bols sont acheminés à bord d’un véhicule », indique-t-il. Ce dernier ajoute que rien que la facture d’électricité vaut un million par mois, et ce n’est que récemment que le village a eu un forage.

Mais pour arriver à cette bourgade, il a fallu emprunter une piste improbable. Le chemin est tellement cahoteux et serpenté que faire le trajet est à la limite un exploit.

D’où les regrets du leader du Pastef. Ousmane Sonko ne comprend pas pourquoi un tel foyer religieux est aussi négligé. « C’est parce que l’Etat ne prend pas en compte l’éducation religieuse. Nous sommes un  pays de croyants, à presque 100% Mais les ressources sont mal réparties », regrette-t-il.  Ainsi, il promet, une fois élu, une meilleure prise en compte de l’enseignement religieux.

Sur les raisons de son déplacement, Ousmane Sonko précise qu’il n’est pas venu parler politique, encore moins demander un soutien. Sa conviction est que les chefs religieux, du fait de leur autorité spirituelle, doivent rester à équidistance des chapelles. Il était juste venu solliciter des prières.

Avant Madina Souané, Sonko a été d’abord à Taïba Marsassoum.

SENEWEB



Audio – Sécurité des candidats : Découvrez la réponse de Sonko à Aly Ngouille Ndiaye

Suite à sa déclaration sur la mise à la disposition des candidats des forces de l’ordre, pour leur sécurité, Ousmane Sonko a adressé sa réponse au ministre de l’Intérieur.

« Ce qu’il a dit n’est pas tout à fait exact. Nous avons reçu une offre d’une protection rapprochée de la part des éléments de Aly Ngouille Ndiaye. Laquelle offre consiste à ce que notre propre dispositif de sécurité soit désarmé et éloigné de ma propre personne et que lui-même puisse déployer 4 ou 6 éléments qui se chargeraient de notre sécurité. Nous lui avons dit que nous n’étions pas intéressé par ce format. Mais nous considérons que le dispositif qui a été mis en place depuis qu’on est en Casamance est un dispositif qui convenait… » dit-il!

Vidéo – Ousmane Sonko dément Aly Ngouille Ndiaye et explique son refus d’intégrer des éléments de la police dans sa sécurité

Une information « fausse » circule depuis hier faisant croire, que Ousmane Sonko aurait refusé les éléments envoyés par le Ministère de l’intérieur pour assurer sa sécurité. Le candidat de la Coalition Sonko 2019, a tenu à apporter des précisions sur sa page facebook officiel.  

Voici le communiqué !

1. Ousmane Sonko respecte les forces de défense et de sécurité et ne voit aucun problème à ce que ces derniers viennent renforcer le dispositif de  sécurité mis en place autour de lui par la Coalition Sonko Président et qui fonctionne parfaitement depuis le début de la campagne.

2. Ousmane Sonko n’a pas rejeté l’offre de sécurité mais a posé des conditions parfaitement légitimes et compréhensibles puisqu’il ne fait aucune confiance au Ministre de l’intérieur et à toute personne envoyée par lui.

3. Il a proposé la reconduction du dispositif léger mais efficace mis à sa disposition depuis son entrée en Casamance, consistant à positionner des éléments de gendarmerie en tête et en queue de caravane lors des voyages en zones rurales, relayés par des forces de police dans les villes;

4. Ousmane Sonko a refusé l’offre du Ministre de l’intérieur qui a exigé le désarmement des agents de sécurité de la Coalition Sonko Président et leur remplacement par 5 ou 6 personnes, parfaitement inconnus, envoyés par un Ministre de l’intérieur politicien et partisan. L’histoire du gendarme envoyé dans la Maison familiale de Sonko à Ziguinchor, à l’insu de sa hiérarchie, est encore fraiche dans les mémoires.

5. Ousmane Sonko préfère rester avec sa propre garde rapprochée, qui assure sa sécurité depuis plusieurs années et lui est dévouée, loyale et fidèle.

6. Ousmane Sonko rejette le chantage du Ministre de l’intérieur disant que s’il ne prend pas les 5 ou 6 éléments dans sa garde proche, il n’aura pas le dispositif de sécurisation du convoi .

7.Ousmane Sonko poursuivra sa campagne telle qu’il l’a commencée, se remettant intégralement à la volonté de Dieu, à la présence et la protection des milliers de sénégalais qui sont prêts à sacrifier leur vie pour le voir réaliser le projet qu’il porte pour le Sénégal et à l’action efficace des agents qui le sécurisent de nuit comme de jour.

8. L’Etat du Sénégal est parfaitement informé du parcours qui sera emprunté par Ousmane Sonko. Il sera donc tenu pour responsable de tout ce qui arrivera à ce Candidat si la fierté du Ministre de l’intérieur l’empêche de sécuriser le convoi d’Ousmane Sonko.