Présidentielle 2019 – Sondage International Political Poll : Découvrez les probabilités !

Macky Sall est sur la bonne voie pour remporter les élections de février 2019 au premier tour.

L’enquête que nous avons menée un mois avant les élections présidentielles sénégalaises de 2019 révèle que le président sortant Macky Sall a accru son avantage sur ses rivaux et qu’il devrait l’emporter au premier tour par une large majorité pour un second mandat à la présidence.

Cette enquête a été menée à la suite d’une procédure de parrainage qui a permis de réduire le nombre de candidats de 27 à une liste finale de 5. L’un des résultats évidents de ce processus a été la forte dérive des votes des candidats éliminés vers le président sortant Sall.

À l’approche des élections, les modalités de vote deviennent plus claires. Ousmane Sonko et Idrissa Seck sont dans une course serrée pour la deuxième place, chacun avec un peu plus de 6% des voix. Les deux derniers candidats, Issa Sall (du PUR) et Madické Niang, qui a lancé son propre mouvement après la rupture avec le PDS, obtiennent chacun environ 4% des voix.

Le président Macky Sall jouit d’un fort soutien tout au long de sa carrière. Néanmoins, les résultats de l’enquête fournissent des indications intéressantes.

Les principales tendances sont identifiées comme suit : Le président Sall bénéficie encore d’un très fort soutien de la part des populations rurales et d’âge moyen; Ousmane Sonko bénéficie d’une base de soutien solide dans les populations urbaines et en particulier auprès des jeunes et des femmes ; la popularité relative d’Idrissa Seck est surtout parmi les électeurs âgés.

Le nouveau venu Ousmane Sonko, a une avance serrée sur l’ancien et plus expérimenté Idrissa Seck, qui a perdu quelques voix ces derniers mois.

Ce rapport présente les résultats d’un sondage d’opinion réalisé 30 jours avant le jour du scrutin sur un échantillon de 2 900 adultes en âge de voter provenant des 14 régions administratives du Sénégal.

FIGURE 1 : Résultat National

FIGURE 2 – RÉSULTATS PAR RÉGION

FIGURE 3 – RÉSULTATS PAR GENRE

FIGURE 4 – RÉSULTATS PAR ÂGE

FIGURE 5 – RESULTATS PAR PROFESSION

En, il est important de préciser qu’il ne s’agit que d’un sondage. Les résultats que présente ces tableaux sont variables et peuvent basculer à tout moment.

A Tamba, Idy décroche le responsable de l’UCS Mamadou Diallo

Mamoudou Diallo, responsable régional de l’Union des centristes du Sénégal (Ucs) et Salma Babou de l’Alliance pour la République (Apr, au pouvoir) ont décidé de porter la candidature de Idrissa Seck, à l’élection présidentielle sénégalaise du 24 février 2019. 

« A l’issue d’une concertation, nous avons décidé de porter la candidature de Idrissa Seck. Nous avons fait une analyse simple. Le discours qu’on tenait n’est pas en phase avec ce que le président Macky Sall faisait. Si l’Ucs décide de soutenir Macky Sall, cela pose problème », a dit M. Diallo, lors d’une conférence de presse dimanche à Tamba. 

 » Nous ne pouvons pas dire une chose aujourd’hui et demain faire le contraire. Pour continuer sur cette même ligne, nous avons pensé que l’idéal c’est de soutenir un autre camp différent du pouvoir. Et nous avons choisi le camp de Idrissa Seck qui incarne le changement « , ajoute-t-il. 

Quant à Salma Bambou,  elle a affirmé que Macky Sall, n’a pas fait grand chose pour Tamba. Selon elle la solution c’est Idrissa Seck. La dame déplore le fait qu’elle soit écartée par son responsable, Malal Camara, de toutes les activités de l’Apr.  » Nous sommes au courant de rien. »Nous n’avons même pas été informés de l’arrivée de Macky Sall, encore moins avoir des tissus ou des tee-shirts « , soutient-elle.

Urgent : Le convoi de Idrissa Seck percute un scootériste, il décède sur le coup !

L’accident a eu lieu à hauteur du village de Touba Sam-Sam, situé à la sortie de Koumpentoum. Au volant de son jakarta, l’homme âgé d’une quarantaine d’années, transportait du sucre et a coupé la route du convoi. Le choc, d’une certaine brutalité, ne lui a laissé aucune chance.

D’ailleurs, précisent nos équipes sur place, un autre scootériste, lui aussi transportant du sucre, a été légèrement touché. Il s’en est tiré avec des blessures. Pour le chauffeur du véhicule appartenant au convoi de Idrissa Seck, il se retrouve avec une entorse; son véhicule ayant fait plusieurs tonneaux.

Au moment où nous couchons ces lignes, l’autre blessé reçoit des soins et la victime, elle, est transportée à l’hôpital le plus proche.

Senenews

Serigne Saliou Guèye est formel : « Avec Khalifa Sall et Wade, Idy est assuré d’aller au second tour »

Idrissa Seck se positionne de plus en plus comme principal challenger de Macky Sall. Une bonne partie des candidats recalés par le Conseil constitutionnel ont rejoint la coalition « Idy 2019 ». Malick Gakou, Abdoul Mbaye, Mamadou Diop Decroix, Bougane Guèye, entre autres.

En réaction à la vague de ralliements chez l’ancien Premier ministre, Serigne Saliou Gueye est d’avis que les soutiens Khalifa Sall, dont la requête devant la Cour de la Cedeao a été rejetée, et Abdoulaye Wade, Secrétaire général du Pds, pourraient changer la donne.« Avec ces deux forces politiques, Idrissa Seck est assuré d’aller au second tour de la présidentielle du 24 février prochain », pense-t-il.

Le soutien d’Abdoulaye Wade « serait très important » pour Idrissa Seck et risque même de bouleverser la donne et démobiliser le pouvoir ». Quant au Pds, analyse Serigne Saliou Guèye, « il demeure la première force d’opposition du Sénégal.

En témoigne la forte mobilisation, hier, lors de l’accueil d’Abdoulaye Wade ».« La vague de ralliements que connait Idrissa Seck crédibilise davantage sa candidature car ils sont composés pour l’essentiel de potentiels candidats recalés du C25 », ajoute-t-il. En outre, souligne-t-il, cette vague de ralliements est « symbolique au point de vue de l’image donnée à la population, informe Senegal Inter. Vu qu’il n’y a plus une pléthore de candidats, le citoyen « se dit que sa voix ne sera pas inutile. »

Idrissa Seck, président de la République en 2019: c’est maintenant ou jamais

Il n’a jamais été aussi proche du fauteuil présidentiel. Pour une troisième participation à une élection présidentielle, l’opposant de 59 ans est réussi une prouesse pour l’heure. C’est le fait d’enrôler dans sa coalition «Idy 2019», des calibres politiques d’expérience mais aussi populaire. Il dispose des chances et des atouts certains pour une victoire au soir du 24 février. 

Vendredi, le candidat a enfin obtenu le soutien de l’ex-maire de Dakar ou du député radié, emprisonné pour «détournement de deniers publics» d’une valeur de 1,8 milliard FCFA, Khalifa Ababacar Sall, qu’il ira «chercher à la prison s’il est élu». 

« Hier saluée par le monde entier, notre démocratie a été mise à mort ces sept dernières années par la rupture du dialogue politique, par la manipulation de la Constitution, par les tripatouillages du processus électoral et par la remise en cause des acquis démocratiques, écrit Khalifa Sall dans son communiqué qui a décidé, selon les termes de son document, en accord avec les partis et organisations membres de Taxawu Senegaal ak Khalifa Ababacar Sall, d’accepter l’offre d’alliance du candidat Idrissa Seck. 

Hormis ce soutien très attendu depuis des jours, M. Seck a également une coalition riche, avec deux anciens Premiers ministres. Un poste qu’il avait eu à occuper au tant de Wade alors qu’il n’avait que 43 ans. 

Dans la coalition « Idy 2019 » il y a aussi l’ancien maire de Dakar, Pape Diop, par ailleurs président de l’Assemblée nationale, et du Sénat de 2007 à 2012. Mais sans oublier aussi l’ancien ministre de l’Energie, Thierno Alassane Sall et Malick Gackou. Mamadou Lamine Diallo, Mamadou Diop Decroix, Amsatou Sow Sidibé, Bougane Gueye et Moustapha Guirassy. 
La carte du vote utile
Fort de tous ces ralliements en sa faveur, c’est le moment ou jamais. De l’avis des observateurs de la scène politique, jamais dans l’histoire du Sénégal, excepté en 2000 (la coalition 2000 qui avait détrôné Abdou Diouf du pouvoir), aucun leader n’a bénéficie d’une coalition aussi riche et expérimentée en termes d’expériences gouvernementales mais aussi politique. 

Aujourd’hui, il s’est positionné en principal challenger de Macky Sall, candidat de la Coalition de la majorité, Bennoo Bokk Yaakar. En termes de ralliements, il n’y a rien à envier à son ancien frère de parti. Mieux, Idrissa Seck aujourd’hui est en passe de bénéficier de bonus considérables que sont le vote utile mais aussi d’un éventuel basculement des militants du PDS en divagation avec les errements d’Abdoulaye Wade qui fait quasiment des appels à la sédition. 

Et Si le «Pape du sopi) fait un appel à voter Idrissa Seck, la victoire au premier tour de la présidentielle serait une question de formalité. En effet, même Ousmane Sonko qui est considéré comme le phénomène de cette présidentielle est en train d’être éclipsé par l’ancien maire de Thiès. 

Aujourd’hui, Idrissa Seck et sa coalition ont le devoir de travailler sur une stratégie qui va pousser tous les sénégalais détenteurs de carte électeur d’aller voter. Ils devront aussi avoir des représentants déterminés dans chaque bureau de vote quel que soit le coin, aussi reculé soit-il pour sécuriser les résultats issus des urnes. 

A la lumière des développements et retournements de dernière minute, cette présidentielle est l’une des plus ouvertes de l’histoire du Sénégal. Et cela va crânement se jouer entre Macky Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko avec un El Hadji Issa Sall du PUR comme faiseur de roi. 

Wade appelle le Khalife à raisonner Macky: «si j’appelle les jeunes à me suivre dans la violence ils le feront, mais… »

Après plus de trois tours d’horloge de caravane, de Mbacké à Touba, Me Abdoulaye Wade a franchi la porte de la résidence de Khadimoul Rassoul.  

Mais, le Président Wade a été accueilli dans une atmosphère de désordre incroyable entre sa délégation qui forçait la porte de la résidence et des militants qui refusaient de s’asseoir. c’était l’anarchie. Il l’a fallu que le Khalife général des mourides Serigne Mountakha Mabacké intervienne pour restaurer le calme. 

Suite à cet incident, Wade a finalement été reçu par Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, devant une  forte délégation. Il a profité de cette tribune pour encore  fustiger  le comportement de l’actuel président du Sénégal  Macky Sall envers lui, son fils et sa famille politique. « Je ne suis pas venu ici pour être réélu à la Présidentielle. Mais pour vous alerter des faits de Macky. Il avait déclaré dans son patrimoine que je lui ai offert 7 milliards. Ce sont des mensonges. Mais comme je voulais pas lui faire honte en ce moment-là, je n’avais pas répondu. Il a profité de sa position pour également traduire en justice tous ses potentiels adversaires, sans  oublier son système de  parainnage pour éliminer 27 candidats », a-t-il confié au marabout. 

Le « Pape du Sopi » de poursuivre: « et comme Macky Sall a déjà préparé sa réélection au premier tour avec toutes ses manigances, avec son parrainage et entres autres. je veux qu’il reporte la présidentielle afin de revoir le code électoral. 

Pour prôner la paix, Wade demande au khalife d’interpeller Macky sur la situation tendue de ce pays. « Senghor et Abdou Diouf ont toujours parler avec l’ opposition. Mais Macky est le seul à ne pas le faire », dit-il. 

Présidentielle: Les militants Pds des « années de braise » ne lâcheront pas Idrissa Seck

La neutralité de maitre Wade qui a déclaré, ne soutenir aucun candidat, n’a pas fait des émules à la Coalition « Takhawu Sénégal ». Khalifa Sall , dès qu’il a été instruit de la réponse défavorable que  la Cedeao a réservée à sa saisine, n’a pas tergiversé un instant, pour rallier la coalition Idy2019

Assurément l’option de neutralité prise par le Secrétaire général du Pds n’est pas une bonne option. Lui qui affirmé etre venu pour chasser Macky Sall du pouvoir, se devait bien, pour se payer la tète de son successeur, de soutenir un candidat parmi ses quatre challengers. En ne le faisant pas, Abdoulaye Wade a posé un jalon vers l’éclatement de son parti, en trois pôles de souteneurs. Avec comme bénéficiaires, Idrissa Seck, Madické Niang et Ousmane Sonko.

Toutefois ce schéma profitera beaucoup plus au candidat de la coalition Idy2019, comme  la fédération Pds de Kaolack vient d’en donner le signal. Ousseynou Goumbala  président de la dite fédération, et ses frères ont annoncé leur décision , de soutenir Idrissa Seck. Et vraisemblablement, il feront des émules dans  des rangs des militants de la premières heures, ceux dits des années de braises. Qui  sont beaucoup plus  favorables à Idrissa Seck, qu’à Macky Sall ou à Madické Niang et qui ne se voient aucune proximité avec Ousmane Sonko.

Il faut peut être rappeler qu’Idrissa Seck est, déjà fort du  soutien,  de fortes identités remarquables dans l’échiquier politique comme Malick Gakou, Pape Diop, Mamadou Diop Decroix, Mansour Sy Djamil, Cheikh Bamba Dièye entre autres. De quoi dire, que  le candidat de la coalition  Idy2019a le vent en poupe. Au regard du poids électorale non négligeable de ses alliés. C’est dit! Et le président Abdoulaye Wade ne devrait, pas fermer les yeux sur cette réalité.