Le caractère politique des dossiers de Karim Wade et Khalifa Sall  décrié par l’opposition a été toujours rejeté par la majorité qui soutenait urbi orbi que ces dossiers procédaient de la reddition des comptes.

Mais aujourd’hui à la croisée des chemins, le Président de la République qui entame son premier mandat de cinq ans dont il a bataillé ferme pour l’obtenir au prix de l’agitation de tous ces dossiers judiciaires table désormais sur l’apaisement du climat politique national. Un apaisement corrélé aux dossiers très controversé de Karim Wade et Khalifa Sall.

L’on parle d’amnistie de ces deux principaux adversaires pour calmer le jeu. Se joue-t-on des Sénégalais qui sont manipulés à souhait par un pouvoir qui ne s’en prend qu’à sa tête ? En tous les cas pour corroborer cette thèse nous citons le Professeur Iba Barry Camara qui lève un coin du voile sur ces feuilletons burlesques : ««Maintenant, avec l’amnistie, on vote une loi pour dire que les personnes qui ont eu à commettre de telles infractions ne peuvent pas être poursuivies dans un délai déterminé, etc.», a fait savoir le Pr. Camara. Avant de souligner : «C’est une remise en cause justement de ce qui existait avant et ceci peut fragiliser effectivement notre arsenal juridique, notamment pénal. Et surtout lorsque ce sont des questions relatives comme les questions pécuniaires telles que le détournement ou bien l’enrichissement illicite», a-t-il expliqué sur iRadio.

C’est dire que s’il est facile de trainer des opposants devant la barre pour assouvir des intentions inavouées, aujourd’hui, la tournure des événements démontrent à suffisance que c’est le peuple Sénégalais qui devient au final le dindon de la farce d’un pouvoir qui est prêt à tout pour faire passer ses desseins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *