Aliou Cissé prolongé jusqu’en 2021

Aliou Cissé et son staff ont été prolongés pour encore 30 mois à la tête de l’Equipe nationale de football du Sénégal. Les avenants ont été signés mercredi dernier et le sélectionneur national est désormais lié à la Fsf jusqu’en 2021.

C’est désormais officiel. Aliou Cissé et son staff connaissent le temps qu’il leur faudra encore faire et les missions à accomplir avec l’Equipe nationale du Sénégal. La Fédération sénégalaise de football (Fsf) a finalisé le mercredi 23 janvier 2019 la signature des avenants de renouvellement des contrats de Aliou Cissé, sélectionneur national, de Régis Bogaert, entraîneur adjoint , et de Tony Mario Sylva, entraîneur des gardiens de but.

La fédération a apprécié positivement la collaboration avec le staff dirigé par l’ancien capitaine des «Lions» et les résultats obtenus lors de ces quatre dernières années. Les parties ont convenu de poursuivre leur collaboration pour les 30 prochains mois, soit jusqu’au 31 août 2021 avec une revalorisation de rémunérations sous l’égide de la tutelle, renseigne la fédération.

Cette revalorisation salariale s’est faite en corrélation avec la fixation de nouveaux objectifs liés à des participations probantes de l’équipe nationale aux CAN 2019 et 2021 et à la Coupe du Monde en 2022, précise la Fsf. L’instance dirigeante du football sénégalais n’a pas manqué d’exprimer «toute sa gratitude à l’endroit du président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, pour son soutien et la considération particulière donnée à l’expertise locale pour la première fois dans l’histoire de notre Football et citée en exemple sur le continent africain».

Sur le banc de l’Équipe depuis mars 2015, succédant à Alain Giresse, Aliou Cissé avait paraphé un contrat de quatre ans qui court jusqu’au 30 juin 2019, soit un peu plus d’une semaine après le début de la Can 2019, prévue du 21 juin au 19 juillet. Selon les dernières informations, il devrait signer un nouveau contrat de deux ans (jusqu’en 2021) avec une importante revalorisation salariale, passant de 9 à 15 millions de FCfa par mois.

En 36 matches avec les «Lions», le technicien de 42 ans a eu un bilan de 21 victoires, 10 nuls et 5 défaites, une Can (2017) et une Coupe du monde (2018) disputées. Dans cinq mois, il conduira l’Équipe nationale pour une deuxième Can de rang au pays des pyramides où l’objectif qui lui est assigné serait la finale.

IDRISSA SANE

Election 2019 : « Aissata Tall Sall ne croit ni en Macky Sall ni en Idrissa Seck, mais… »

Le départ de Me Aissata Tall Sall pour Bby et les alliances nouées ça et là, en perspective du 24 février 2019, sont abordés dans cet entretien, avec Birima Ndiaye. Le tonitruant syndicaliste et éditorialiste, prenant le parti de la mairesse de Podor, descend en flammes et Idrissa Seck, les libéraux du Pds et Ousmane Sonko…

« Il n’y a pas de démocratie au Sénégal, vous les journalistes, êtes des dictateurs. Aïssata Tall Sall ne croit ni en Macky Sall ni en Idrissa Seck, ni en Karim Wade, encore moins en Ousmane Sonko…Elle ne croit qu’en elle-même. Dès le départ, elle a déclaré sa candidature à la Présidentielle. Mais, recalée par le parrainage, le moindre mal pour elle, c’est de soutenir Macky Sall. Ce n’est point une transhumance, mais un retour à la case départ, à Bby ».

D’ailleurs, poursuit-il, le pire n’a pas été dit par la presse, car « comment peut-on imaginer le soutien du Pds à Idrissa Seck ? C’est le monde qui s’effondre, surtout avec tout ce qui a été dit de mal contre le président de Rewmi ? En un mot, le Pds ne croit pas en Idrissa Seck, il va voter Macky Sall, c’est une certitude… »

Mbaye Diagne pourra-t-il battre Messi ?

Comme attendu, Galatasaray a officialisé hier dans la journée l’arrivée de l’attaquant Mbaye Diagne, en provenance de Kasimpasa. Auteur de 20 buts en 17 matches de Super Lig. L’international sénégalais est très attendu dans le club voisin, grand habitué de la scène européenne, ou il aura d’importants défis à relever.

Ça s’accélère du côté de Galatasaray. Alors que Kostas Mitroglou passait sa visite médicale dans la matinée d’hier à Istanbul, le club a officialisé la signature d’un autre attaquant, celle de Mbaye Diagne. Comme annoncé dès mercredi dans les colonnes de RECORD, l’international sénégalais de 27 ans (3 sélections) s’est engagé pour quatre ans et demi en provenance de Kasimpasa.

L’actuel meilleur buteur en Europe en Championnat, avec 20 buts, a été recruté pour la somme de 12 millions d’euros (7,8 milliards FCFA). Mbaye Diagne va déjà connaître le 11ème club de sa carrière. Passé par l’Italie et la Juventus, où il n’a jamais joué, il a évolué au Lierse (2014) et à Westerlo (2015). Arrivé à Kasimpasa en janvier 2018, l’international sénégalais a explosé avec la formation turque où il a marqué 32 buts en 34 matches en un an.

Mais il va découvrir un club avec une ambition et des objectifs différents. Les attentes seront donc grandes du côté du voisin où il retrouve son partenaire en sélection, Pape Alioune Ndiaye. Conquérir l’Europe Diagne arrive donc à Galatasaray et devra aider sa nouvelle formation à résorber son retard sur Basaksehir, leader avec 6 unités de plus que le ‘Gala’, deuxième de SüperLig.

Encore engagé en Europa League, le club stambouliote défiera Benfica en seizièmes de finale, où le protégé du sélectionneur Aliou Cissé aura un grand coup à jouer. Sa puissance, son bon positionnement et la qualité de son jeu de tête pourront l’aider à se surpasser et à conquérir l’Europe. Le tueur de Kasimpasa devra toutefois faire face à une rude concurrence sur le front de l’attaque du Galatasaray avec le Nigérian Onyekuru, le Turc Celik et le Suisse Derdiyok.

Sans oublier qu’il débarque au club d’Istanbul en même temps que l’ancien attaquant de l’Olympique de Marseille, Kostas Mitroglou. Mbaye Diagne devra donc très vite s’imposer sous ses nouvelles couleurs et gagner la confiance de l’entraîneur Fatih Terim.

La large avance qu’il a sur ses poursuivants dans le classement des meilleurs buteurs de la Super Lig joue grandement en sa faveur. Avec des milieux de terrain comme Sofiane Feghouli et PAN, capables de distiller des offrandes aux attaquants à n’importe quel moment, l’international sénégalais pourra rapidement s’intégrer dans cet effectif.

Papa Alioune NDIAYE

Gana ne verra pas la Tour Eiffel

Malgré son insistance pour rejoindre le Paris Saint-Germain, Idrissa Gana Guèye a été bloqué par Everton qui a refusé une offre de 30 millions d’Euros (19,6 milliards de FCfa) du club français dans les dernières heures du mercato.

Il ne verra pas la Tour Eiffel. En dépit de son désir ardent d’être transféré au PSG, Idrissa Gana Guèye s’est heurté au refus catégorique d’Everton. Déterminés à garder leur milieu récupérateur, les dirigeants des Toffees ont opposé une fin de non-recevoir au club français qui a pourtant insisté jusqu’aux dernières heures du mercato qui a pris fin hier à minuit.

Après avoir vu sa première offre de 25 millions d’Euros (16,3 milliards de FCfa) refusée par le club anglais, le PSG est revenu à la charge. Selon Sky Sports, le club français PSG a fait monter son enchère à 30 millions d’Euros (19,6 milliards de FCfa). Mais le média britannique qui cite une source interne au club a affirmé qu’Everton a encore rejeté toute idée de perdre son joueur, et que ce dernier a bien compris qu’il ne rejoindrait pas le PSG cet hiver.

Le but était de convaincre les Toffees d’accepter cette offre avant la fermeture de la fenêtre des transferts, alors que ces derniers attendaient au moins une offre de 40 millions d’Euros (26,2 milliards de fcfa). Une pression à laquelle la direction du club n’a pas cédé, souhaitant garder à tout prix son joueur.

Le Sénégalais déçu de l’échec de son «transfert de rêve» à Paris
Après cet échec, Sky informe que Idrissa Gana Gueye n’aurait d’ailleurs pas caché sa déception en apprenant l’échec de son «transfert de rêve» au Paris Saint-Germain, malgré son souhait de rejoindre la bande à Kylian Mbappé avec l’objectif de disputer la Ligue des Champions.

Convaincu par le discours de Thomas Tuchel, le joueur de 29 ans était même allé ces derniers jours jusqu’à convoquer une réunion avec son agent et les dirigeants d’Everton pour leur faire part de ses envies de départ. Et après la dernière offre parisienne, il aurait même eu une conversation avec le président d’Everton pour lui réaffirmer son désir de partir, mais ce dernier lui aurait encore signifié que le dub compte encore sur lui.

Et selon plusieurs médias français, l’échec de ce transfert s’explique en partie par l’opposition sur ce dossier entre Thomas Tuchel et Antero Henrique.
A l’origine, une guéguerre Tuchel – Henrique
Désireux de faire venir Idrissa Gana Gueye, l’entraîneur parisien s’opposait au Directeur sportif qui faisait le forcing pour recruter Thiago Mendes.

Un imbroglio qui a abouti à la désillusion dans le dossier Gana qui n’était toutefois pas la priorité du PSG qui misait davantage sur le Néerlandais Frenkie de Jong, finalement parti au Barça. A la place du joueur de l’Ajax Amsterdam, le champion de France a signé le milieu argentin Leandro Paredes.

Aux dernières nouvelles, l’entraîneur allemand souhaiterait désormais réintégrer Adrien Rabiot (écarté) dans son groupe. Il s’y ajoute aussi que l’entraîneur d’Everton, Marco Silva, a indiqué à ses dirigeants qu’il comptait sur le joueur formé à Diambar spour le reste de la saison. Mercredi, certaines rumeurs indiquaient que le technicien portugais aurait même menacé de démissionner en ce de départ de l’ancien Lillois qui était également dans, le viseur d’Arsenal et Manchester City.

Recruté en août 2016 en provenance d’Aston Villa pour 8,5 millions d’Euros (5,5 milliards de FCfa), Gana Guèye avait prolongé, en février dernier, son contrat qui s’étend désormais jusqu’en juin 2022.

OUSMANE DIOP

Présidentielle Abdoulaye Wade, clé et énigme

Sans être partie prenante dans l’élection présidentielle, Me Abdoulaye Wade demeure, à la fois, l’énigme et la clé de ce scrutin. Ses faits et gestes sont scrutés de partout. Sa demeure de retraite de Versailles est devenue le lieu de rencontre des soutiens de candidats. Me Wade qui y a convoqué ses lieutenants que sont Oumar Sarr et Mamadou Diop Decroix, accompagnés de Pape Diop, n’a pas donné de consigne à l’issue de cette entrevue.

Ce chassé-croisé a, également, impliqué Pierre Goudiaby Atépa. L’architecte qui a apporté son soutien à Ousmane Sonko y serait allé à deux reprises, selon nos sources, pour décrocher un appui en faveur de son candidat. Sauf que Me Wade demeure encore réticent. Ce qui n’est pas sans alimenter les spéculations et fausses informations sur les réseaux sociaux et dans la presse, en ligne notamment, où une consigne en faveur de Idrissa Seck avait été agité. Intox, selon ses proches. Ce qui n’est pas sans créer une mauvaise symphonie dans son parti. Si Babacar Gaye dit que le Pds devra soutenir une candidature libérale, Me Amadou Sall, un autre cacique du parti et porte-parole de la formation créée par Wade reste sur la ligne de départ : la lutte pour la non tenue de l’élection présidentielle et, subséquemment, un vote blanc assimilable à un boycott, apprécié par beaucoup de cadres libéraux comme une manière de dérouler le tapis rouge à la réélection de leur bête noire, Macky Sall.
L’un dans l’autre, Me Abdoulaye Wade devrait se déterminer pour éviter un éclatement de son parti en mille morceaux.

Source : senegal7