Mansour Sy Diamil: « le gouvernement est responsable de la violence électorale car… »

Présent dans la caravane de Issa Sall leader du PUR, Serigne Mansour Sy Djamil a, en marge du  meeting de  ce vendredi 15 février 2019 à Saint-Louis, accordé une  interview à senego.  Avec nos reporters, il s’est prononcé sur les violences électorales, dont la plus récente est, celle de Tamba.

Vidéo – Ousmane Sonko dément Aly Ngouille Ndiaye et explique son refus d’intégrer des éléments de la police dans sa sécurité

Une information « fausse » circule depuis hier faisant croire, que Ousmane Sonko aurait refusé les éléments envoyés par le Ministère de l’intérieur pour assurer sa sécurité. Le candidat de la Coalition Sonko 2019, a tenu à apporter des précisions sur sa page facebook officiel.  

Voici le communiqué !

1. Ousmane Sonko respecte les forces de défense et de sécurité et ne voit aucun problème à ce que ces derniers viennent renforcer le dispositif de  sécurité mis en place autour de lui par la Coalition Sonko Président et qui fonctionne parfaitement depuis le début de la campagne.

2. Ousmane Sonko n’a pas rejeté l’offre de sécurité mais a posé des conditions parfaitement légitimes et compréhensibles puisqu’il ne fait aucune confiance au Ministre de l’intérieur et à toute personne envoyée par lui.

3. Il a proposé la reconduction du dispositif léger mais efficace mis à sa disposition depuis son entrée en Casamance, consistant à positionner des éléments de gendarmerie en tête et en queue de caravane lors des voyages en zones rurales, relayés par des forces de police dans les villes;

4. Ousmane Sonko a refusé l’offre du Ministre de l’intérieur qui a exigé le désarmement des agents de sécurité de la Coalition Sonko Président et leur remplacement par 5 ou 6 personnes, parfaitement inconnus, envoyés par un Ministre de l’intérieur politicien et partisan. L’histoire du gendarme envoyé dans la Maison familiale de Sonko à Ziguinchor, à l’insu de sa hiérarchie, est encore fraiche dans les mémoires.

5. Ousmane Sonko préfère rester avec sa propre garde rapprochée, qui assure sa sécurité depuis plusieurs années et lui est dévouée, loyale et fidèle.

6. Ousmane Sonko rejette le chantage du Ministre de l’intérieur disant que s’il ne prend pas les 5 ou 6 éléments dans sa garde proche, il n’aura pas le dispositif de sécurisation du convoi .

7.Ousmane Sonko poursuivra sa campagne telle qu’il l’a commencée, se remettant intégralement à la volonté de Dieu, à la présence et la protection des milliers de sénégalais qui sont prêts à sacrifier leur vie pour le voir réaliser le projet qu’il porte pour le Sénégal et à l’action efficace des agents qui le sécurisent de nuit comme de jour.

8. L’Etat du Sénégal est parfaitement informé du parcours qui sera emprunté par Ousmane Sonko. Il sera donc tenu pour responsable de tout ce qui arrivera à ce Candidat si la fierté du Ministre de l’intérieur l’empêche de sécuriser le convoi d’Ousmane Sonko.

Youssoupha Diallo sur Wade : « S’il pense semer le désordre dans ce pays… »

Invité de senego, Youssoupha Diallo n’a pas raté l’ancien président Abdoulaye Wade qui a donné dernièrement des consignes dans le sens d’un  boycott du scrutin présidentiel  et la consumation des cartes d’identité.

Selon le porte parole de la coalition Benno Bokk Yaakaar, « une personnalité d’une telle envergure ne devrait guère adopter une telle position ».

Regardez !

Idrissa Gueye: « J’étais prêt pour le PSG. Je suis donc déçu. »

Ciblé par le Paris Saint-Germain cet hiver, Idrissa Gueye a été retenu par Everton. Le milieu de terrain des Toffees revient sur cette déception et ses discussions avec le club de la capitale.

 
Ciblé par le Paris Saint-Germain cet hiver, Idrissa Gueye a été retenu par Everton. Le milieu de terrain des Toffees revient sur cette déception et ses discussions avec le club de la capitale. Gueye est resté à Everton cet hiver Cet hiver, Idrissa Gueye était tout en haut de la short list du Paris Saint-Germain pour renforcer son milieu de terrain. Mais l’ancien Lillois est finalement resté à Everton durant le mercato, faute d’accord entre les deux clubs. Pour L’Equipe, le joueur de 29 ans est revenu sur ce transfert avorté.

« C’est un rêve qui ne s’est malheureusement pas réalisé, soupire Gueye. J’étais prêt pour le PSG. Je suis donc déçu. Mais je vois aussi que le travail paie. » Après avoir proposé 25 millions d’euros puis 30 millions d’euros, le Paris SG n’a pas réussi à faire plier les Toffees, qui réclamaient 40 millions d’euros, malgré la pression mise par le joueur lui-même pour partir.

Car Gueye avait bien réclamé son départ à ses dirigeants. « Everton a mis le frein tout de suite. Il ne voulait pas me vendre. J’ai poussé. J’ai vu les dirigeants pour leur dire mon envie d’aller à Paris, que c’était une opportunité en or, un énorme challenge à ne pas laisser passer à 29 ans », explique l’international sénégalais. D’autant plus que le feeling était bien passé avec l’entraîneur parisien Thomas Tuchel.

Gueye a discuté plusieurs fois avec Tuchel

Les deux hommes ont échangé plusieurs fois par téléphone . « Il m’a exposé son projet technique. On a parlé de jeu, de mon jeu. Je lui ai dit mes ambitions. Je l’ai ensuite eu plusieurs fois derrière. On a échangé également par textos » , raconte le joueur, qui a aussi reçu un appel du président Nasser Al-Khelaïfi. En revanche, il n’a jamais parlé avec le directeur sportif parisien, Antero Henrique. « Je ne l’ai pas eu. Je n’ai jamais trop compris ce qui se passait avec lui. Everton non plus, d’ailleurs… » , glisse-t-il.

Refusant d’aller au clash, par « éducation », Gueye a donc finalement vu le PSG recruter Leandro Paredes pour 47 millions d’euros. « Mais j’ai été honoré que le PSG s’intéresse à moi. Maintenant, je sais que j’intéresse ce genre de club, que je suis prêt à franchir un dernier cap pour rejoindre un top club européen » , indique-t-il. « Ce n’est peut-être pas fini avec Paris… », ajoute le natif de Dakar. Une phrase qui sonne comme un petit message envoyé au Paris SG.

Sonko à la commission d’enquête : «Je ne vais pas répondre à ces enfantillages»

Dans le cadre de l’affaire des 94 milliards F CFA, la commission d’enquête parlementaire, en charge d’auditionner Ousmane Sonko s’est réunie, ce vendredi, à l’assemblée nationale.

Interpellé tout à l’heure à Vélingara où il a observé une pause après un rassemblement, Ousmane Sonko a indiqué qu’il ne va « pas répondre à ces enfantillages », dit-il avec le sourire, exhortant à aller demander à Mame Diarra Fam du Parti Démocratique Sénégalais (PDS). Cette dernière l’a défendu devant les députés. « Au lieu d’appeler Ousmane Sonko, appelez d’abord Aliou Sall, le frère du président et patron de la Caisse de Dépôt et de Consignation (CDC) afin qu’il nous explique comment il gère les derniers publics. Sonko est en mission. Laissez-le tranquille », a-t-elle soutenu.

Rappelons que Sonko est le candidat de la coalition « Sonko Président » pour la présidentielle du 24 février prochain.

IGFM

Vidéo – Ousmane Sonko dément Aly Ngouille Ndiaye et explique son refus d’intégrer des éléments de la police dans sa sécurité

Ousmane Sonko le candidat à l’élection présidentielle est monté au créneau pour démantir les propos d’Ali Ngouye Ndiaye qui selon lui, a déclaré que, »Ousmane Sonko a refusé la protection raproché de la sécurité… ». Des propos botés en touche par le leader de la coalition Sonko Président, qui a déclaré face à la presse, ce vendredi, à Vélingara,  » qu’il n’a pas confiance au Ministre de l’Intérieur. Regardez !!!

Macky Sall répond à Me Wade depuis Diourbel : «Il n’y aura rien le jour du vote»

Alors que l’appréhension des Sénégalais monte en flèche au fur et à mesure que l’élection présidentielle approche surtout après les nombreuses sorties de Me Abdoulaye Wade assurant qu’il n’y aura pas de scrutin, Macky Sall a cherché à rassurer les électeurs depuis Diourbel, leur assurant que l’État prendra ses dispositions pour assurer sa fonction première qui est de veiller à la sécurité des personnes vivant sur son sol. 

«Il ne se passera rien le jour du vote s’il plaît à Dieu. Votre sécurité incombe à l’État. C’est sa vocation naturelle», a-t-il déclaré depuis Diourbel où il a présidé en début de soirée un meeting. Macky Sall de poursuivre : «l’Etat a le devoir d’assurer la protection des citoyens et d’assurer la sécurité de l’exercice de leurs choix. C’est la Constitution qui le dit et l’État prendra toutes ses responsabilités pour que le vote du 24 février puisse se dérouler sur l’ensemble du territoire national sans heurts». L 

Le Président sortant a par ailleurs affirmé qu’il n’avait aucun doute quant à sa réélection, au vu des des nombreuses foules qui l’accueillent depuis Mbacké où j’ai débuté ma campagne.

Affaire des 10 millions : Les députés en veulent encore à Sonko, Mame Diarra Fam prend la défense de Ousman Sonko à l’assemblée …

L’affaire des dix (10) millions qu’auraient reçu les députés et révélés par Ousmane Sonko, s’est invitée aux débats de la session parlementaire unique portant sur le projet de résolution pour la création d’une commission d’enquête parlementaire relative à l’affaire des 94 milliards FCFA dans le dossier du titre foncier 1451/R.

L’accusateur en question a reçu une véritable volée de bois vert de la part de certains de ses collègues, qui démentent l’information, selon laquelle ils se seraient partagés ces dix (10) millions FCFA. Woré Sarr n’est pas en reste : « Je n’ai rien reçu », martèle la députée du groupe parlementaire « Liberté et Démocratie » (opposition).

D’autres députés vont plus loin, indiquant avoir eu des « problèmes » dans leur ménage. Alioune Badara Diouf, député du groupe parlementaire « Benno Bokk Yakaar » en fait partie. Lui qui a été ainsi interpellé par son épouse, selon ces propres termes : « Pourquoi tu me caches que tu as reçu ta part de ces 10 millions de FCFA ? »
Revenant à la charge, Mame Diarra Fam, du groupe parlementaire de l’opposition, souligne que c’est le député Diop Sy (BBY) qui l’a dit à Ousmane Sonko. Et, l’opposante est catégorique : « Les députés de BBY ont tous reçu leur part, contrairement à ceux de l’opposition qui n’ont vu aucun franc. »

Tamba : les 24 gardes du PUR mis en cause et le chauffeur du bus déférés ce vendredi

L’enquête sur les affrontements de lundi dernier entre militants du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) et ceux de la coalition Benno bokk yakar (Bby) ayant entraîné la mort de deux jeunes et plusieurs blessés, poursuit son cours.

En effet, les 24 éléments de la garde rapprochée d’El Hadji Issa Sall arrêtés dans cette affaire de même que le chauffeur du bus qui a écrasé le jeune Cheikh Touré, Mathieu, vont être déférés au parquet ce vendredi.  

Le nouveau commissaire, Hamady Baldé, est en train de faire le dernier réglage pour leur transfert. 

Présidentielle 2019 : « Idrissa Seck coalition soupe kandia la yoor ». Regardez !

Invité de senego, le porte parole de la coalition Benno Bokk Yaakaar n’a pas raté Ousmane Sonko encore moins Idrissa Seck. Après avoir dit en quoi le président Macky Sall mérite un deuxième mandat, Youssoupha Diallo, l’un des grands alliés du président Macky Sall a tiré à boulets rouges sur la coalition Idy2019.